Quand le patron de la com' du candidat Macron traitait Yann Barthès de "gros connard"

Quand le patron de la com' du candidat Macron traitait Yann Barthès de "gros connard"

DE L’EAU DANS LE GAZ - "M le magazine du Monde" a révélé jeudi que Sylvain Fort, le chef de la communication du président, avait traité Yann Barthès de "gros connard" au lendemain du 1er tour de l'élection. Une information qui ajoute de l'huile sur le feu à une situation déjà quelque peu tendue entre les journalistes et l'Élysée.

Après avoir été qualifié de "chouchou" des médias, Emmanuel Macron ne le sera peut-être plus longtemps. M le magazine du Monde a révélé jeudi que le chef de la communication du président, Sylvain Fort, avait traité de "gros connard" Yann Barthès juste après le premier tour de la présidentielle.


Au soir du 23 avril, Paul Larrouturou, l'un des journalistes de "Quotidien", l'émission présentée par Yann Barthès sur TMC, avait en effet chiffonné le candidat, qui fêtait sa première place à La Rotonde. "La Rotonde, c’est votre Fouquet’s ?", lui avait-il lancé. Emmanuel Macron avait immédiatement répliqué, devant les caméras, en affirmant au reporter qu’il n’avait "rien compris à la vie" pour poser de pareilles questions et qu’il n’avait pas à "recevoir de leçon du petit milieu parisien".

En vidéo

Macron à la sortie de la Rotonde : "Je n'ai pas de leçons à recevoir du petit milieu parisien"

Pressions ?

Mais l’épisode ne s’est pas arrêté là. Dès le lendemain, selon le magazine, les équipe de communication d'Emmanuel Macron ont en effet contacté les journalistes de Quotidien pour les menacer de boycott et exercer sur eux "une pression directe". 


Sylvain Fort a de son côté directement joint Yann Barthès pour l’insulter.  Lors de la conversation, le présentateur se voit affubler de noms d’oiseaux comme "gros connard" ou "débile profond". Sylvain Fort aurait par la suite contacté les auteurs de l'article publié dans M pour démentir l'utilisation du terme "débile profond". Celui de "gros connard", en revanche, n'a pas été contesté et est donc tout à fait assumé.

Tensions entre l'Elysée et les médias

Sylvain Fort n'en n'est pas à son premier coup de pression porté aux médias. Le Lab rapporte  ainsi ce vendredi  avoir reçu un appel "particulièrement insistant" de sa part pendant la campagne. Il réclamait la suppression d'un article qu'il jugeait illégitime, "sous-entendant que cela faisait monter le FN".


Ces révélations viennent ajouter de l'huile sur le feu dans une période quelque peu tendue entre les journalistes et Emmanuel Macron. Jeudi, l’Élysée a fait savoir qu’elle entendait choisir quels journalistes suivraient le chef d’État lors de ses déplacements. Une annonce qui n’a pas du tout plu à la profession. Une quinzaine de journalistes lui ont adressé une lettre ouverte sur le champ. "Ce n’est pas au président de la République, ou à ses services, de décider du fonctionnement interne des rédactions, du choix de leurs traitements et de leurs regards", clament-ils. L'Elysée y a répondu en soulignant que ce n'était pas son intention.

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle


Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet