Le Soir, RTBF, Le Temps... Pourquoi les médias suisses et belges peuvent-ils donner les résultats avant l'heure ?

Le second tour de l'élection présidentielle 2017

Voir
FUITES - La loi française interdit aux médias français comme aux particuliers de diffuser des estimations du résultat d’une élection avant la fermeture des derniers bureaux de votes, à 20 heures. Mais la règle s’arrête à nos frontières. Au plus grand bonheur des médias en Belgique ou en Suisse.

C’est une fuite massive des lecteurs français qui se produit à chaque élection. Les médias suisses et belges comme Le Soir, Le Temps, ou la RTBF, font l’objet d’un regain d’intérêt chaque jour de scrutin en France, a fortiori quand il s’agit de l’élection présidentielle, mais aussi quand on est à l'heure des législatives. Alors que les médias hexagonaux sont contraints par une règle stricte qui leur interdit de diffuser des estimations avant 20 heures, les journalistes - francophones - de Suisse et de Belgique, ne sont, eux, soumis à aucun silence.

Une distorsion de concurrence parfaitement assumée par nos voisins francophones. “Les journalistes qui ont une information, dans un pays qui n’est pas directement concerné par une élection, font leur boulot. Quand, en France, n’importe quel journaliste a des informations, généralement, il les donne”, se justifiait ainsi en 2012 Christian Dauriac, le patron de la RTBF, sur le plateau du Grand Journal de Canal+. D’autant que les jours d’élection françaises, les médias belges ou suisses auraient tort de se priver : en 2007, l’affluence hexagonale était telle que les serveurs de certains sites internet suisses avaient même crashé.


Résultats, sondages, candidats : découvrez notre page spéciale consacrée aux élections législatives 2017 


Qui sera votre député(e) ? Découvrez ici tous les résultats des élections législatives 2017

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le second tour de l'élection présidentielle 2017

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques