Législatives : carton plein pour les ministres de Macron

TEST - Ils jouaient leur poste au sein du gouvernement. Six ministres se présentaient aux législatives et risquaient leur poste en cas de défaite. Ils ont tous été élus.

Le scrutin avait valeur de premier test de popularité pour le gouvernement, dont six membres se présentaient aux élections législatives, avec un impératif, s'ils voulaient conserver leur maroquin : gagner. Forts de bons scores au premier tour,  les ministres et secrétaires d'Etat d'Emmanuel Macron engagés dans la bataille des législatives ont-ils valider leur ticket pour l'Assemblée, et donc pour le gouvernement, dimanche 18 juin ?

Annick Girardin

Seule ministre de François Hollande à être conservée ET à remettre son mandat en jeu, la ministre des Outre-mer se représentait à Saint-Pierre-et-Miquelon. Une bataille qui l'a amenée à être vivement critiquée sur ses terres, puisque ses concurrents lui ont reproché d'être revenue sur son engagement de ne pas refaire partie d'un gouvernement. Après avoir obtenu 41,59% des voix, tout comme son challenger, vice-président du conseil terrotiroal, Stéphane Lenormand (Archipel Demain !), elle a été réélu d'extrême justesse, avec 51,87% des voix. Elle n'a du son salut au second tour qu'à 136 voix.

Richard Ferrand

Empêtré dans les affaires, Richard Ferrand a gardé son siège dans la 6e circonscription du Finistère, avec 56,53% des voix. Malgré la lourdeur du climat au niveau national, le ministre de la Cohésion des Territoires a fait campagne comme si de rien n'était. Il avait obtenu près de 34% des voix, se plaçant à la première place.

Marielle de Sarnez

Elle aussi citée dans une affaire judiciaire, la ministre déléguée aux Affaires européennes Marielle de Sarnez était engagée dans la 6e circonscription de Paris, face au député sortant PS Pascal Cherki. Qu'importe : elle a remporté sa circonscription, après avoir obtenu au premier tour 40,6% des voix, contre 16,7 à son concurrent LR Francis Szpiner. Le député sortant, Pascal Cherki, avait été éliminé au premier tour.

Christophe Castaner

Rallié précocement à Emmanuel Macron, le secrétaire d'Etat aux Relations parlementaires et porte-parole du gouvernement était en lice pour sa propre succession dans la 2e circonscription des Alpes-de-Haute-Provence. Après un premier tour remporté haut la main face à la France insoumise, il a été réélu avec 61,57% des voix.

Mounir Mahjoubi

Au premier tour, le secrétaire d'Etat au Numérique a rétamé Jean-Christophe Cambadélis et mis à bonne distance Sarah Legrain, dans la 16e circonscription de Paris. Le benjamin du gouvernement, qui se présente dans un arrondissement qui a envoyé largement en tête Jean-Luc Mélenchon, a bonifié son bon score du premier tour le 18 juin, devançant Sarah Legrain de 700 voix. Il emporte une mince victoire, avec 51,82% des voix.

Bruno Le Maire

Alors qu'on lui promettait les pires difficultés, le ministre de l'Economie a été réélu dans son fief de l'Eure, avec 64,53%. Bruno Le Maire, prise très médiatique d'Emmanuel Macron chez Les Républicains, avait subi l'ire de ses anciens camarades, au point d'être exclu de son parti et de se voir présenter contre lui une candidate Les Républicains. Un sondage a eu tôt fait de le rassurer, le plaçant nettement en tête du premier tour et large vainqueur au second tour. Il avait obtenu 45% des voix au premier tour.

Résultats, sondages, candidats : découvrez notre page spéciale consacrée aux élections législatives 2017


Qui sera votre député(e) ? Découvrez ici tous les résultats des élections législatives 2017

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections législatives 2017

Plus d'articles

Sur le même sujet