Comme en 2012, le hashtag #RadioLondres reprend du service sur Twitter

LÉGISLATIVES 2017 - Depuis 2012, sur Twitter, les internautes contournent l’interdiction de diffuser les premières estimations des résultats électoraux de ce second tour des législatives avant 20 heures avec le hashtag #RadioLondres. Une infraction qui pourrait coûter cher.

C’est un hashtag qui revient à chaque élection, pour la présidendielles ou les législatives. Le mot-dièse Radio Londres a fait sa réapparition sur Twitter, dans cette dernière semaine avant le premier tour de la présidentielle. Un rendez-vous “twittesque” qui tire son nom des messages de la Résistance diffusés pendant la Seconde Guerre mondiale sur la BBC. A l’époque, la diffusion de messages codés sur les ondes était une façon de transmettre des informations entre la France occupée et l’Angleterre. 

Aujourd’hui, c’est un hashtag rassemblant des internautes qui s’amusent à contourner l’interdiction de divulguer les estimations des résultats du vote avant 20 heures. Et si les messages sont plus ou moins subtils, ils sont à coup sûr facétieux : c’est l’internaute qui concoctera le meilleur jeu de mots qui récoltera le plus de retweets. Comme ce fut le cas lors de scrutins précédents, comme la primaire de la droite. 

Mais #RadioLondres n’était pas uniquement un hashtag à succès depuis 2012. C’était aussi un compte twitter tenu par le jeune youtubeur à succès,  Hugo Travers. “Au début, expliquait-il récemment à RFI, j'avais créé un compte ‘Radio Londres’, qui relayait les meilleurs tweets avec ce hashtag, et qui a très bien marché (...) Une grosse communauté s'est alors créée. Et en plus de ça, les soirs d'élection, on annonce les résultats des élections avant 20 heures avec le message codé.”

Un simple retweet constitue une infraction

Reste qu'en France, la Commission nationale de contrôle de la campagne (CNCCEP) est chargée de s’assurer qu’aucune fuite ne puisse “altérer la sincérité du scrutin”... Ainsi, divulguer des estimations avant la fermeture du dernier bureau de vote est passible d’une amende qui peut aller jusqu’à 375.000 euros pour un média. Mais, elle s’applique également aux particuliers : un simple tweet transmettant des sondages peut valoir une amende allant jusqu’à 75.000 euros. Le retweet est également considéré comme une infraction.


Résultats, sondages, candidats : découvrez notre page spéciale consacrée aux élections législatives 2017 

Qui sera votre député(e) ? Découvrez ici tous les résultats des élections législatives 2017

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques