VIDÉO - "Emmanuel Macron, les coulisses d'une victoire" : quand le futur Président recadre ses équipes

La présidence Macron

Voir
COULISSES – Ce lundi soir, un document exclusif réalisé par Yann L’Henoret, "Emmanuel Macron : les coulisses d’une victoire", est diffusé sur TF1 et en direct sur LCI.fr. Pendant près de six mois, les caméras ont suivi le candidat dans son quotidien. De quoi promettre des scènes inédites, dont celle d’un déjeuner de travail à deux semaines du premier tour…

10 avril 2017. Lors d’un déjeuner de travail, l’équipe d'Emmanuel Macron se réunit pour élaborer le dernier planning avant le premier tour. L’occasion pour le candidat de mettre la pression sur ses troupes : "Là les enfants il reste 15 jours, mais il ne faut pas en louper une seconde. Je vous le dis tout de suite, nous n’avons pas le choix". Le ton est donné. 


Dans sa ligne de mire, "il y a évidemment Le Pen, Fillon mais il y a Mélenchon maintenant qu’on a sous-pilonné. Il faut le faire, il faut que les gens comprennent". Cette séquence de deux minutes est extraite du documentaire "Emmanuel Macron : les coulisses d’une victoire", diffusé lundi à 21 heures sur TF1 (à retrouver à la même heure sur LCI.fr et à minuit sur LCI). 

Celui qui gagnera c’est celui qui aura le plus envieEmmanuel Macron, extrait de "Emmanuel Macron : les coulisses d'une victoire"

On y découvre un Emmanuel Macron déterminé, pugnace. "Celui qui gagnera, c’est celui qui aura le plus envie. Et donc là maintenant ça doit vibrer ici. C’est pour ça que j’étais en colère samedi quand je vois que ce n’est pas plein ici (au QG du 15e arrondissement). On peut être fatigué, mais dites-vous bien que dans  les 15 jours qui viennent, il y a des gens qui vont commencer à vous regarder maintenant. Ceux qui ont le plus envie gagneront. Donc le dernier jour, je m’en fous, je ferai trois meetings parce qu’à la fin ils ne retiendront pas un mot de ces meetings mais ils verront un type qui a envie d’y aller". Si Brigitte, sa femme, tente à ce moment-là de le résonner - "Mais d’un point de vue timing, c’est trop short" -, elle va très vite être coupée : "Ce sera adapté, je m’en fous (…) Tout le monde doit être là-dedans. Ne soyez jamais arrogant quand vous êtes face à un journaliste. Rien n’est gagné, on peut se faire déballonner dans les 15 jours, mais déballonner".

Ce sera nousEmmanuel Macron, extrait de "Emmanuel Macron : les coulisses d'une victoire"

Dans la salle, c’est silence radio. Les assistants prennent note et écoutent attentivement : "Tout le monde sur le pont, je veux un appel général à tous les technos. Je peux passer une demi-heure avec les helpers (les bénévoles du mouvement en Marche !) que vous réunissez avant que j’aille chez Alpha Condé. Je veux parler à tous les politiques, faut parler à tous les experts. Il faut que les gens comprennent que pendant 15 jours ils peuvent dormir, manger, mais le reste du temps ils ne feront que ça, sinon ce n’est pas la peine. Les Françaises et la Français, je les connais, ce n’est que ça qu’ils regardent. À la fin, ils veulent savoir qui a le plus envie. Il y a une prime colossale à celui qui a le plus envie. Et ce sera nous". Son message est passé, il termine ce déjeuner sur ces quelques mots, empreints d’ironie : "Vous vous démerdez sur les dates, mais il n’y pas le choix".


Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle

Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques