Richard Ferrand va quitter le gouvernement pour diriger le groupe REM à l'Assemblée

L’affaire Richard Ferrand

Voir
REMANIEMENT - Selon une information d'Europe 1 confirmée par l'entourage d'Emmanuel Macron, le ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand, qui vient de remporter l'élection dans sa circonscription en Bretagne, quittera le gouvernement pour retourner sur les bancs de l'Assemblée, afin d'y diriger le nouveau groupe La République en marche (REM). Le ministre a récemment été mis en cause pour une opération immobilière au profit de sa compagne.

L'exécutif a beau avoir évoqué un simple remaniement "technique" au gouvernement au lendemain des élections législatives, c'est manifestement un peu plus que cela. Selon Europe 1, Richard Ferrand, l'ex-député PS du premier cercle des soutiens d'Emmanuel Macron, devrait quitter le gouvernement pour présider le nouveau groupe La République en marche à l'Assemblée nationale. Une information confirmée à LCI au sein de l'exécutif, qui précise que le chef de l'Etat a demandé à son ministre de la Cohésion des territoires de démissionner pour briguer la présidence du groupe lors d'un entretien qui a duré 45 minutes. Dès lundi soir, dans la foulée de cette annonce, le Premier ministre a remis la démission de son gouvernement.


Richard Ferrand, ex-député PS, a été réélu dimanche soir dans la 6e circonscription du Finistère (Bretagne) avec 56.53% des voix, contre 43.47 pour son adversaire LR. 

En vidéo

Le tacle de Richard Ferrand aux journalistes

Le boulet de l'affaire de l'opération immobilière

Une victoire électorale malgré la récente mise en cause de Richard Ferrand, qui fait l'objet d'une enquête préliminaire du parquet de Brest en lien avec une transaction immobilière réalisée en 2011. Sa compagne avait alors acquis, dans le cadre d'une société civile immobilière, un immeuble qui a été ensuite loué aux Mutuelles de Bretagne, dont Richard Ferrand était alors le directeur général. 

Les soutiens du ministre ont toujours clamé que ce dernier n'avait rien commis d'illégal dans cette transaction. Il avait refusé de démissionner du gouvernement, face à ses détracteurs qui invoquent une incompatibilité entre son maintien et la loi sur la moralisation de la vie publique en cours de préparation. C'est finalement à l'occasion de ce remaniement "technique" que Richard Ferrand s'offre une porte de sortie plus discrète. Toutefois, assure-t-on à LCI au sein de l'exécutif, "l'affaire n'a pas joué" dans ce choix. 


Le rôle du président de groupe à l'Assemblée est stratégique, d'autant que les députés fraîchement élus devront être initiés à la discipline de parti. Or, souligne-t-on encore, "Richard Ferrand connaît tous les rouages du Parlement". Le départ de Richard Ferrand s'inscrit dans le cadre d'un remaniement un peu plus large, consécutif à la large victoire des candidats REM aux législatives. L'élection de Richard Ferrand à la présidence du groupe doit en principe intervenir lors du séminaire du mouvement, organisé dimanche à l'Assemblée nationale. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L’affaire Richard Ferrand

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques