Robert Ménard, journaliste devenu maire, reproche à la journaliste Laurence Haïm de rejoindre Macron

Robert Ménard, journaliste devenu maire, reproche à la journaliste Laurence Haïm de rejoindre Macron

La crise à iTELE

Voir
AMNÉSIE - Robert Ménard n'apprécie pas que la journaliste d'iTélé, Laurence Haïm, rejoigne Macron. Des "rapports incestueux presse-politique", s'insurge-t-il. Le maire de Béziers aurait-il oublié d'où il vient ?

Alors nous avons appris ce mercredi que la correspondante aux Etats-Unis d'iTélé, Laurence Haïm, rejoignait le candidat "En Marche !" vers la présidentielle Emmanuel Macron pour être sa porte-parole, les réactions à cette nouvelle ne se sont pas faîtes attendre.

Nombreux ont été ceux à dénoncer la collusion entre le monde des médias et celui de la politique. Mais parmi ces voix colériques, une requiert toute notre attention : Robert Ménard. Le maire de Béziers s'est en effet offusqué de la façon dont la correspondante aux Etats-Unis a franchi le Rubicon : "Laurence Haïm devient porte-parole de Macron. Les rapports incestueux presse-politique au grand jour !"

J'ai la mémoire qui flanche...

Si depuis avril 2014, Robert Ménard occupe, non sans l'appui officieux du FN, son poste à la mairie de Béziers, c'est après une longue carrière de journaliste qu'il l'a fait. Un passé qu'il ne cache même pas, puisque c'est ainsi qu'il se présente sur Twitter :

Ainsi, Robert Ménard a commencé sa carrière en créant une radio libre en 1978, avant de rejoindre l'antenne de Radio France dans le département de l'Hérault. Il y restera jusqu'en 1989. Entre-temps, en 1985, il co-fonde Reporters sans Frontières, qu'il présidera et quittera en 2009. Après quoi, c'est en polémiste-éditorialiste qu'il reviendra à son premier métier, à i<Télé, RTL ou encore Sud Radio. Enfin, il est l'un des fondateurs du site d'extrême droite Boulevard Voltaire, lancé en 2012, où la défiance à l'égard des migrants, la fidélité aux "racines chrétiennes de la France" et autres thèmes chéris ne sont pas sans rappeler certains pans du discours du Front national, qui l'a soutenu dans sa conquête de Béziers. De là à parler de "rapports incestueux presse-politique"...


Plutôt classé à gauche de l'échiquier politique à ses débuts, Robert Ménard est devenu depuis une des figures de l'extrême droite française, prompt à s'emporter contre la corporation journalistique. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que Monsieur le maire s'en prend au métier. Pour exemple, lorsqu'il recevait deux journalistes membres du Club de la presse Languedoc-Roussillon pour tenter d'apaiser les tensions entre l'édile et le journal Le Midi Libre. Il les enverra "se faire foutre"...

En vidéo

VIDÉO - Les moments forts de la journaliste Laurence Haïm à la télévision

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La crise à iTELE

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques