Salon de l'électronique de Las Vegas : Fillon, candidat geek qui veut séduire les start-ups au CES 2017

REPORTAGE – 18 ans après sa première visite, François Fillon est revenu fouler la moquette du CES de Las Vegas. Le candidat de la droite à la présidentielle est notamment allé à la rencontre des nombreuses start-ups françaises. Il a profité de l'occasion pour exposer sa passion pour les nouvelles technologies et l'automobile.

On savait les Français nombreux dans les allées du salon CES de Las Vegas, pour exposer évidemment. Il y avait également de nombreux politiques présents jeudi matin pour le coup d'envoi officiel de la 50e édition. Axelle Lemaire, secrétaire d'État chargée du numérique, et Michel Sapin, ministre de l'Economie et des Finances, ont ainsi parcouru, de bon matin, les allées de l'Eureka Park. C'est là que bat le cœur de la "French Tech" et où s'expose sa centaine de représentants. 


Mais l'invité de marque du salon se trouvait alors au Las Vegas Convention Center. Venu en tant que candidat à l'élection présidentielle, François Fillon a effectué le déplacement dans le Nevada pour aller à la rencontre des entrepreneurs hexagonaux et laisser parler sa fibre "geek". Car si peu le savent, l'ancien locatairde de Matignon est un adepte des nouvelles technologies et un fan d'automobile. Deux passions qu'il a pu assouvir dans les différents halls visités ce jeudi.

Déjà là avant Macron…

L'an dernier, le déplacement d'Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, avait été fort remarqué, au point qu'il était apparu comme le chouchou des entrepreneurs français et de la presse américaine. Ce jeudi, François Fillon n'a pas manqué de rappeler que lui était déjà venu en 1999 avec des entreprises des Pays de la Loire. "Je suis convaincu depuis très longtemps que l’avenir de nos sociétés s’écrit pour une part ici, au CES", explique-t-il.


Après une poignée de mains avec Laurent Wauquiez, qui avait choisi de débuter sa visite au même moment et au même endroit –mais à l'heure- au stand de l'entreprise Valeo, le candidat de la droite a démarré sa journée à toute vitesse. En bon pilote amateur, il a même trouvé le temps de prendre le volant d'une voiture équipée par Valeo et bardée de capteurs à 360° tout autour du châssis. Elle est ainsi capable de s'arrêter toute seule au moindre obstacle détecté.

Véhicules électriques

Des véhicules autonomes et électriques destinés au transport urbain chez Navya-Keolis, à l'intelligence artificielle embarquée chez Nvidia, le Sarthois a eu un large aperçu du savoir-faire "motorisé" qu'il entend porter loin. "Il y a quelque chose de frustrant pour quelqu'un qui aime conduire sa voiture comme moi, mais on sait que c'est l'avenir du transport. Et pas seulement le transport terrestre !", lâche-t-il après être monté dans une voiture autonome. "Si on ne prend pas ce virage-là, on ira vers des catastrophes. C'est toute la société qui va s'organiser autour de ces technologies et il faut qu'on soit au premier rang. On a les moyens de l'être car on a un socle de créateurs du meilleur niveau. Il faut juste qu'on leur donne de quoi être performants."

Faire de la France une "Smart Nation"

On le croirait très sérieux, "à l'ancienne", et pourtant François Fillon est en fait un amateur de gadgets en tous genres. Sa visite l'après-midi au Sands Expo, où l'attendaient les  startups françaises, a sans doute répondu à ses attentes, malgré un petit peu de frustration de ne pas pouvoir aller à la rencontre de toutes les mains tendues sur son passage, et sans doute de ne pas voir les drones qu'il affectionne.


 Au milieu d'une nuée de journalistes et de caméras -ce qui n'a pas manqué de rendre perplexes les autres visiteurs asiatiques ou américains du salon qui se trouvaient alors dans les allées-, le candidat Fillon est allé découvrir la brosse à cheveux de Withings ou encore un vélo en métal imprimé en 3D chez Sculpteo. Le tout en s'écartant bien souvent du programme d'arrêts prévus pour aller assouvir sa curiosité pour d'autres produits sur lesquels il a posé un œil curieux. "Je suis heureux de voir que les Français y occupent (au CES, ndlr) aujourd’hui une place bien plus qu’honorable et ne demandent qu'un peu plus de liberté pour y exprimer toute leur créativité", a-t-il ensuite dit devant un parterre d'entrepreneurs.


Un dynamisme qu'il n'a pas manqué de souligner à chaque stand avant de promettre de faire de la France une "Smart Nation" sur le modèle d'Israël, numéro un mondial en nombre de start-ups par habitant. "Notre pays a des atouts immenses qu’il doit faire valoir, et il reste, au plus profond de son âme, un pays d’entrepreneurs, d’ingénieurs, de créateurs", se félicite l'ancien Premier ministre. Alors qu'Emmanuel Macron performe dans les sondages, il espère que cette virée américaine au milieu des Français le boostera. Un coup d'accélérateur pour sa campagne, en attendant celui bien plus puissant que ce pilote amateur pourrait donner samedi en participant à une course automobile non loin de Las Vegas.

En vidéo

CES 2017 de Las Vegas : le point sur les innovations phares

En vidéo

François Fillon, candidat technophile

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Plus d'articles

Sur le même sujet