Sondages : les quatre favoris sont dans la "marge d'erreur", mais de quoi s'agit-il exactement ?

PRÉSIDENTIELLE - Depuis jeudi, les sondages qui mesurent les intentions de vote pour l'élection présidentielle montrent que les quatre candidats favoris se rapprochent, à tel point qu'ils se retrouvent parfois tous dans la "marge d'erreur" des ces consultations. Mais que signifie cette marge d'erreur et comment se calcule-t-elle ?

Quatre candidats dans un mouchoir de poche. C'est la situation présentée par les nombreux sondages d'opinion qui, plusieurs fois par jour, livrent les "intentions de vote" des électeurs. Ces dernières semaines, c'est alternativement Marine Le Pen ou Emmanuel Macron qui faisaient figure de favoris des sondages. Mais ces derniers jours, ils perdent du terrain au profit de Jean-Luc Mélenchon et, dans une moindre mesure, de François Fillon.


Le dernier sondage Ipsos-Sopra Steria du vendredi 14 avril donne Marine Le Pen et Emmanuel Macron à égalité à 22%, suivis de près par Jean-Luc Mélenchon, crédité de 20%, puis de François Fillon, avec 19%. Trois points séparent donc les favoris du quatrième. Et en comptant la marge d'erreur, les résultats apparaissent encore plus serrés. 

La marge d'erreur pour ce dernier sondage est de 2,7 points. Ce qui signifie que, pour un score de 20%, le résultat "réel" a de fortes chances d'être compris entre 22,7% et 17,3%. Une telle marge d'erreur autorise donc d'envisager toutes les combinaisons possibles pour le deuxième tour avec ces quatre candidats.

Plus les intentions de vote pour un candidat sont élevées, plus la marge d'erreur est grande

Comment se calcule cette marge d'erreur ? Elle est calculée individuellement pour chaque candidat, et trois paramètres entrent en compte, explique l'étude Ipsos-Sopra Steria du 14 avril (en page 3 du document en lien) : le niveau des intentions de vote, le niveau de confiance dans le vote, et la taille de l'échantillon consulté.


Ainsi, plus les intentions de vote sont élevées, plus la marge d'erreur est grande. Si elle est de 2,7 points pour les quatre candidats qui gravitent autour des 20%, elle est, par exemple, beaucoup plus faible pour Nicolas Dupont-Aignan, crédité de 3,5% d'intentions de vote (entre 1 et 1,5 point de marge d'erreur).


De même si l'échantillon de sondés augmentait, la marge d'erreur se réduirait. Dans le cas du sondage Ipsos-Sopra Stera, environ 900 personnes sur les 1500 consultées étaient certaines d'aller voter et exprimaient une intention de vote. Si elles avaient été 1500 à exprimer une intention de vote, la marge d'erreur des quatre favoris serait passée de 2,7 à 2,1 points environ.

En vidéo

PRÉSIDENT DES INTERNETS #9 : Poutou acteur studio, Macron loué en chanson

Moralité : ce que nous apprend ce dernier sondage, c'est que Jean-Luc Mélenchon est peut-être déjà "au-dessus" de Macron, à moins que ce ne soit François Fillon, ou peut-être que Marine Le Pen les devance de près 8 points. Ce qui est sûr, c'est que rarement une élection présidentielle aura été aussi incertaine à une semaine du scrutin.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections présidentielles

Plus d'articles

Sur le même sujet