VIDÉO - Affaire Fillon : le PNF écarte le classement sans suite, et maintenant ?

DÉCRYPTAGE - Le Parquet national financier a écarté jeudi l'option la plus favorable à François Fillon. Les investigations, qui portent notamment sur l'emploi présumé fictif de Penelope Fillon et de deux de ses enfants, vont donc se poursuivre. Qu’est-ce que cela signifie ? Explications.

Le communiqué est tombé à 9h37 dans les boîtes mails des journalistes. Un texte très court. Neuf lignes par lesquelles le Parquet national financier a annoncé qu’il écartait l'hypothèse qui aurait arrangé le plus François Fillon, à deux mois de la présidentielle. 


"Il est de mon devoir d'affirmer que les nombreux éléments déjà recueillis ne permettent pas d'envisager, en l'état, un classement sans suite de la procédure", explique le procureur Eliane Houlette dans ce communiqué. Désormais, on sait que le PNF possède, à ce stade de l’enquête, un certain nombre d’éléments qui incriminent les époux Fillon et qui empêche donc un classement sans suite. 

Quel délai ?

Mais pour autant, ces éléments ne suffisent pas à envisager une citation directe à comparaître devant un tribunal correctionnel ou l’ouverture d’une information judiciaire puisque l’autorité judiciaire a décidé de se donner plus de temps et annoncé, dans ce même communiqué, la "poursuite des investigations". L’affaire étant instruite dans le cadre d’une enquête préliminaire, aucun délai n’est imposé : quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, tout dépendra des besoins de l’enquête. 

Quelle suite ?

Ces investigations pourront se traduire par de nouvelles auditions des protagonistes, des confrontations – elles n’ont pas encore eu lieu -, de nouvelles perquisitions aussi, par exemple à Sablé-sur-Sarthe, fief de François Fillon. Ce n’est qu’au regard des prochains éléments que le PNF statuera in fine sur l’une des options restantes. A savoir citer directement un ou plusieurs des protagonistes devant un tribunal correctionnel ou ouvrir une information judiciaire en confiant la poursuite des investigations à des juges d'instruction, seuls habilités à placer un acteur du dossier sous le statut intermédiaire de témoin assisté ou à prononcer des mises en examen. 

Une éventualité avec laquelle François Fillon va devoir composer tout en menant campagne. 

En vidéo

François Hollande, faisant allusion à l'affaire Fillon : "L’exemplarité, ça vaut pour tout et si, au sommet de l’Etat, il n’y a pas cette exemplarité, comment donner confiance ?"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Penelope Fillon

Plus d'articles

Sur le même sujet