"Grand débat" présidentiel sur TF1 et LCI : comment se sont préparés les cinq candidats ?

JOUR J - Jeux de rôle, argumentaires, préparation des attaques... : comment se sont préparés les cinq principaux candidats à la présidentielle pour le "Grand débat" diffusé ce lundi soir sur TF1 et LCI ?

Pour eux cinq, l'échéance est grande. Et même si François Fillon et Emmanuel Macron ont jugé que l'exercice n'allait pas avoir grande influence sur le déroulement de la campagne, cela n'empêche pas de se préparer, au même titre que les autres candidats. Revue des troupes avant la bataille.

Emmanuel Macron

Du côté d’"En Marche !", on explique qu’Emmanuel Macron, inexpérimenté dans ce genre d'exercice, a étudié les éléments à connaître sur les thématiques qui seront abordées. Le candidat a également été briefé sur la longueur de ses réponses : il devra être concis et pédagogique. Surtout, l’ancien ministre de l’Economie a travaillé sa défense. Il le sait, il sera le candidat le plus attaqué ce soir. "Il est l’homme à abattre, a expliqué au Parisien le député Arnaud Leroy. L’un dira qu’il est de droite, l’autre qu’il est le successeur de François Hollande. Marine Le Pen dira que c’est un mondialiste." Pour la riposte, "quelques petites phrases sont prêtes."

Marine Le Pen

Du côté du FN, on aime à dire que la présidente du parti n’a pas eu besoin de préparation particulière pour cet exercice auquel elle se livre pourtant pour la première fois. Mais certains de ses proches ont déclaré à LCI que la présidente frontiste avait tout de même passé son week-end à potasser, notamment avec Florian Philippot. "On lui a fourni des notes, quelques messages identifiés", a expliqué un membre de l’équipe de campagne à LCI. La candidate a passé au crible les programmes de ses adversaires pour être capable de mesurer si leurs propos sont conformes à leurs promesses. "Le but est de pouvoir détecter les retournements de dernière seconde et les dénoncer." Marine Le Pen passera également sa journée de lundi à préparer le débat. 

François Fillon

Le candidat des Républicains, en plus d’avoir passé le week-end à travailler sur des fiches envoyées par son équipe de campagne, a demandé à ses proches de jouer le rôle de ses adversaires, comme il l’avait fait pour les débats de la primaire de la droite. Ainsi, Valérie Boyer a joué le rôle de Marine Le Pen, Luc Chatel celui d’Emmanuel Macron, et Serge Grouard s’est mis dans la peau de Jean-Luc Mélenchon.

Benoît Hamon

Comme François Fillon, le candidat socialiste a l’expérience des nombreux débats organisés dans le cadre de la primaire de la gauche. Il passera tout de même sa journée à préparer celui-ci. Il n’a fait appel à aucun spin doctor, ni à aucune doublure pour s’exercer. Il a en revanche pu s’appuyer sur des fiches écrites par plusieurs de ses conseillers. Selon son entourage, Benoît Hamon a eu la meilleure des préparations avec son meeting de dimanche à Bercy. "Ca le regonfle, c’est le mental le plus important dans ce type d’exercice" a dit l’un de ses proches à LCI. Au Parisien, un autre a indiqué que le socialiste avait également préparé les attaques qu’il pourrait lancer.

Jean-Luc Mélenchon

Manuel Bompard, directeur de campagne du candidat de la France insoumise a expliqué au Parisien qu’ils abordaient "tout ça tranquillement". "On prépare le débat avec l’objectif de surtout parler de nos propositions" explique-t-il. 

En vidéo

Les proches des candidats expliquent comment ils se préparent au "Grand débat" de TF1

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Présidentielle : le Grand débat

Plus d'articles

Sur le même sujet