VIDÉO - Législatives : "Majorité présidentielle", "En Marche" sur nombre d'affiches ? Attention aux "contrefaçons" !

TROUBLANT - Manuel Valls, Marisol Touraine, Myriam El Khomri... La mention "majorité présidentielle" figure sur les affiches de nombreux candidats, de droite ou de gauche, non investis par le mouvement d'Emmanuel Macron. Certains font même face à des candidats de la République en Marche ! La ressemblance des affiches est parfois poussée à l'extrême et peut susciter la confusion chez les électeurs.

Opportunisme ou proximité idéologique ? Des dizaines de candidats aux législatives, partout en France, se réclament de la "majorité présidentielle". Et n'hésitent pas à le mentionnner sur leurs affiches de campagne même s'ils n'ont jamais été investis par le mouvement d'Emmanuel Macron, voire... sont opposés à un candidat REM.

La charte graphique d'En Marche copiée sans gêne

Dans une demi-douzaine de circonscriptions, deux, trois voire quatre aspirants députés se réclament du nouveau chef de l'État. Le matériel utilisé par certains candidats non investis par La République en Marche reprend même parfois, sans gêne, la même charte graphique. Autant d'éléments qui peuvent laisser penser à l'électeur non averti qu'ils ont la bénédiction du mouvement politique lancé en avril 2016 par Emmanuel Macron. 


Ainsi, sur son affiche de campagne, l'ancien Premier ministre Manuel Valls - qui n'est ni investi par le PS ni par la République en Marche, n'hésite pas à se réclamer de la "majorité présidentielle". C'est aussi le cas de ses anciennes ministres du Travail et de la Santé, Myriam El Khomri et Marisol Touraine. Tous trois n'auront néanmoins pas de candidat investi REM face à eux dans les circonscriptions qu'ils briguent les 11 et 18 juin.

Dans d'autres circonscriptions, la situation se révèle encore plus complexe. C'est notamment le cas dans la 4e circonscription de la Manche, où Blaise Mistler, candidat REM, doit affronter Sonia Krimi, une candidate non désignée mais se disant "marcheuse de la première heure en route pour représenter la majorité présidentielle".


Dans la 1ère circonscription du Maine-et-Loire, Matthieu Orphelin, proche de Nicolas Hulot, investi de longue date par le mouvement politique La République en Marche, fait face au député PS sortant Luc Belot. Or ce dernier, après avoir soutenu Benoît Hamon durant la campagne présidentielle, "sort des affiches 'majorité présidentielle', des tracts avec le nom de Macron qui apparaît 18 fois", selon Matthieu Orphelin.


De quoi ajouter de la confusion dans le paysage politique français et semer le trouble chez les électeurs...

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet