VIDÉO - Mélenchon en hologramme, Fillon et Hamon sur Snapchat, Le Pen en réalité augmentée... une campagne plus "geek" que jamais

DirectLCI
POLITIQUE GEEK - Pendant la campagne, les candidats à l'élection ont rivalisé d'imagination pour faire parler d'eux. De l'hologramme de Jean-Luc Mélenchon aux affiches animées de Marine Le Pen, LCI revient sur les principales innovations technologiques de ce cru présidentiel 2017.

A maints égards, la campagne électorale a été polluée par les affaires, creusant s'il le fallait un peu plus le fossé entre les Français et les politiques. Néanmoins, outre cette litanie de mises en cause qui se sont invitées ces dernières semaines, les candidats à la présidentielle ont rivalisé d'imagination pour faire entendre leurs voix et élargir leurs socles électoraux. 


Si, comme à l'accoutumée, ils se sont pliés au traditionnel tour de France, aux meetings dans des salles surchauffées et aux prises de parole devant les médias, les prétendants à l'Élysée ont également su utiliser à bon escient les nouveaux outils de communication qui ont vu le jour depuis l'élection de 2012. On retrouve, par exemple, les multi-meetings par hologramme de Jean-Luc Mélenchon, l'utilisation massive des réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Instagram) et une application de réalité augmentée donnant vie aux affiches de Marine Le Pen. Tour d'horizon des innovations technologiques de ce cru 2017. 

Le meeting en hologramme

Mardi 18 avril au soir, à cinq jours du scrutin, Jean-Luc Mélenchon nous a refait le coup de l'hologramme. Le candidat de La France insoumise, bien qu'il ne possède pas le don d'ubiquité, a tenu un meeting à Dijon et s'est démultiplié à Nantes, Clermont-Ferrand, Montpellier, Grenoble, Nancy et Le Port, sur l'île de la Réunion. Une technologie, mise au point par une start-up parisienne, dont il s'était déjà servi en février dernier à l'occasion d'un double meeting à Lyon et à Aubervilliers. Bluffant.

En vidéo

Mélenchon en six hologrammes, ça ressemble à quoi ?

Les Facebook Live et la vidéo en direct

Pendant la campagne, Facebook - comme Twitter et YouTube - a été un canal privilégié par les candidats à l'élection. La fonctionnalité "Live" du réseau social, créé par Mark Zuckerberg, leur a permis de transmettre en direct leurs messages, de répondre à leurs électeurs et d'y diffuser leurs meetings. Ainsi, en plus des milliers de personnes réunies dans les salles pour venir les écouter et des diffusions télévisées, les prétendants à la fonction présidentielle ont pu attirer un public plus large. 585.000 vues pour Le Pen à Paris lundi, 693.000 pour Mélenchon à Djion mardi... les chiffres parlent d'eux-mêmes.

Les interviews avec filtres de Snapchat

Bien que ces entités aient de nouveau été les réseaux de communication privilégiés des candidats, cette année électorale a vu l'émergence, certes modeste, d'un petit nouveau dans le débat politique : Snapchat. François Fillon, Benoît Hamon et Marine Le Pen se sont d'ores et déjà prêtés au jeu de l'interview sur l'application de partage d'images et de vidéos éphèmères, dédiée aux jeunes. On a ainsi pu les voir se grimer de lunettes, d'oreilles de chien et de fleurs grâce aux filtres de l'application. 

Les affiches en réalité augmentée

Vivre la campagne de Marine Le Pen en réalité augmentée. C'est la promesse de "Marine Plus", la surprenante application lancée fin mars par le Front national. Concrètement, il suffit de viser l'un des supports de communication de la candidate d'extrême-droite avec l'appareil photo de son smartphone ou de sa tablette pour voir l'image de la présidente du FN s'animer et réciter ses arguments sous nos yeux. Ce n'est pas forcèment le terrain où l'on attendait la fille de Jean-Marie Le Pen, mais le résultat est plus que réussi. Et c'est aussi une manière habile de concurrencer Mélenchon et ses hologrammes. 

En vidéo

"Marine plus" : l'application de réalité augmentée du FN

Suivez la présidentielle sur notre page spéciale


Le 23 avril et le 7 mai, retrouvez les résultats sur notre page spéciale

Plus d'articles

Sur le même sujet