Offres d'emploi douteuses : comment Pôle emploi fait la chasse aux fausses annonces

FAILLES - Selon des études menées par la CGT, la moitié des annonces publiées sur la plate-forme de Pôle emploi ne remplit pas les critères de conformité. En cause : la publication d'offres provenant de partenaires privés sans q'un agent n'ait toujours pu les vérifier. Un manque de contrôle contesté par l'organisme.

De nombreuses annonces n'auraient rien à faire sur le site de Pôle emploi. C'est en tout cas ce qu'assure la CGT qui a passé au crible des milliers d'offres dans quatre enquêtes menées en 2016 et 2017. Selon le syndicat, une offre sur deux est "illégale, incohérente, mensongère ou malhonnête", rapporte franceinfo qui a interrogé l'auteur de ces études.  


Exemples : des contrats de longue durée qui sont en fait des missions d'intérim de 15 jours, la mention de contrats "renouvelable" ou "évolutif" alors que c'est illégal, un CDD de soi-disant 12 mois qui après vérification par téléphone démarre par un contrat d'un mois. Plus surprenant, un poste de "masseuse naturiste à domicile sans aucune expérience" mais "avec un bon physique" payé 50 à 100 euros de l'heure, rapporte encore le site d'information de France Télévisions, citant une enquête du Lanceur

Pôle emploi, un agrégateur de contenus

La raison : le manque de contrôle des offres depuis que Pôle emploi fonctionne comme un agrégateur de contenus en diffusant sur sa plate-forme des annonces provenant de sites privés, selon la CGT. Actuellement 60% des 650.000 offres viennent d'une centaine de sites partenaires tels que Monster, Vivastreet, Jobijoba, Keljob, précise Le lanceur. Celles-ci sont filtrées par un logiciel qui laisserait passer des annonces qui auraient pourtant du être écartées.


Les failles dénoncées par le syndicat sont pourtant contestées par la direction de l'organisme public, qui assure à franceinfo qu'un algorithme, reposant sur la sémantique,  permet d'écarter 40% des offres partenaires. Les mots-clés susceptibles de poser problème sont automatiquement repérés et donnent lieu à une alerte envoyée aux agents qui sont alors chargés de valider ou rejeter l'offre.  

En vidéo

JT 13H - Pôle Emploi confronté au problème des fausses annonces

Ce manque de fiabilité supposé des annonces pourrait-il poser problème alors qu'Emmanuel Macron a annoncé son intention de supprimer leurs allocations aux demandeurs d'emploi qui refuseraient deux offres acceptables ? Pas de quoi s'inquiéter selon Pôle emploi qui assure que ce projet concerne les seules offres proposées et vérifiées par un agent. 

Plus d'articles

Sur le même sujet