Tati en cessation de paiement, l’avenir de 1700 salariés en suspens

Tati en cessation de paiement, l’avenir de 1700 salariés en suspens

DIFFICULTÉS - L’enseigne de produits à bas prix Tati, fondée en 1948, a été déclarée vendredi en cessation de paiement par son propriétaire, le groupe Eram. Une procédure de redressement judiciaire devrait prochainement être ouverte et permettre de fixer le sort des 1700 salariés de la marque.

L’annonce vient confirmer des ennuis déjà connus. L'enseigne de produits à bas prix Tati a été déclarée vendredi en cessation de paiement, a fait savoir samedi la direction. Une décision qui ouvre la voie à une procédure de redressement judiciaire, censée permettre de fixer le sort des 1700 salariés et des 130 magasins de l’enseigne.  


"J'ai déclaré hier la cessation de paiement des sociétés du pôle Agora qui comprend la marque Tati", a déclaré ce samedi à l'AFP Michel Resseguier, le dirigeant d'Agora Distribution, qui regroupe Tati et les autres enseignes low-cost du groupe Eram.

Un repreneur choisi en juin ?

En difficulté depuis plusieurs années, Tati avait été mise en vente en février dernier par son propriétaire. La direction du groupe a pour l’heure reçu une demi-douzaine de marques d'intérêt pour la reprise, parmi lesquelles une offre ferme du dirigeant-fondateur de Gifi, spécialisé dans la décoration à petit prix. Le repreneur devrait, selon nos confrères du journal Le Monde, être choisi dès juin, sans appel à de nouvelles offres.


Malgré une stratégie de diversification de son offre et une internationalisation, Tati a enregistré l'an dernier des ventes en recul et un résultat déficitaire. Fondée en 1948 par Jules Ouaki, Tati avait déjà connu pareille mésaventure au début des années 2000 avant d’être reprise à 100% par Eram (Gémo, tbs, Heyraud...) en 2007.

Plus d'articles

Sur le même sujet