5 ans de prison pour l'homme qui avait enlevé la petite Bérényss

5 ans de prison pour l'homme qui avait enlevé la petite Bérényss

PROCES – Le ravisseur de Bérényss, qu'il avait enlevée en Lorraine en avril 2015, a été condamné mardi 24 février à cinq ans de prison ferme et 19.000 euros de dommages-intérêts.

La disparition de la petite Bérényss, en avril 2015, avait poussé les autorités à déclencher une "alerte enlèvement" avant qu'elle soit retrouvée, saine et sauve, huit heures plus tard. Le ravisseur de la petite fillette a été condamné mardi 23 février à cinq ans de prison ferme et 19.000 euros de dommages et intérêts par le tribunal correctionnel de Briey, en Meurthe-et-Moselle.

A la barre, Eric Fauchard, agriculteur de 48 ans, père de trois enfants, a eu bien du mal à expliquer son geste. "J'étais pas bien, je ne sais pas", a-t-il répété à plusieurs reprises. Son avocate, de son côté, rappelle que, selon l'expertise psychiatrique, son client n'est pas dangereux et est "sincère dans sa culpabilité".

"C'est toute notre vie qui a changé"

Une défense qui n'a convaincu ni le juge, ni les parents. "Huit heures, ça ne semble rien mais c'est toute notre vie qui a changé", a martelé la mère de Bérényss, rappelant que ses trois enfants avaient dû être suivis par un psychologue, et que sa fille avait "des traumatismes la nuit". Selon les déclarations de la petite aux gendarmes puis au juge d'instruction, le prévenu s'était couché à côté d'elle, lui "a fait des câlins, des bisous", ce qu'il nie farouchement. "En l'enlevant, vous lui avez volé son enfance, son insouciance", a accusé la vice-procureure, Emily Brandel.

Eric Fauchard doit également être jugé à Verdun le 18 mars, dans le cadre d'une autre plainte pour agressions sexuelles déposée par trois proches, dont deux de ses nièces. C'est l'inscription de son ADN au Fichier national pour cette affaire qui avait permis de le retrouver dans le cadre de l'enlèvement de Bérényss.

EN SAVOIR +
>>
Bérényss a "reconnu son agresseur", affirme sa mère
>> Bérényss : le suspect fait l'objet de plaintes de trois mineures de sa famille
>> Bérényss : les enquêteurs travaillent sur un portrait-robot du ravisseur

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques