A son insu, il prend en covoiturage des candidats au djihad et passe 30 heures en garde à vue

A son insu, il prend en covoiturage des candidats au djihad et passe 30 heures en garde à vue

MALCHANCE - Un entrepreneur lillois originaire de Turquie a été interpellé lundi, à son domicile de Lambersat, dans le Nord, par une quinzaine de policiers du Raid. Il avait, à son insu, convoyé une famille de candidats au djihad jusqu’en Turquie, qu’il avait rencontrée via le site de covoiturage Blablacar.

Tuncel Percin, un entrepreneur turc basé à Lille âgé de 43 ans, a passé trente heures en garde à vue, pour rien : aucune charge n’a été retenue contre lui. Son tort ? S’être inscrit sur le site de covoiturage Blablacar pour alléger la facture de son voyage en minibus, pour ses vacances d’été en Turquie. Sauf que la famille rencontrée sur le site, qu’il a convoyée sur son lieu de vacances à Istanbul, était en réalité.. des candidats au djihad, qui avaient prêté allégeance à Daech.

Pendant le voyage, Tuncel Percin n’avait rien remarqué de suspect. "Bien que madame portait le voile intégral, je n’ai pas eu d’inquiétude particulière à ce niveau-là", raconte-t-il au micro d’ Europe 1 . Il explique ne s’être "rendu compte de rien" et regretter de ne pas avoir pu "sauver" d’une mort certaine les enfants de cette famille, aujourd’hui enrôlés dans les rangs du groupe djihadiste.

Interpellation musclée par le Raid

Lundi, des policiers du Raid l’interpellent à son domicile, et perquisitionnent sa maison, située à Lambersat, dans le Nord. "Ils ont bondi à une quinzaine, cagoulés, lourdement armés. Je pensais que c’était un braquage. J’étais tétanisé", raconte-t-il, encore sous le choc, à La Voix du Nord . "Je ne comprends rien à ce qui arrive. Je suis père de quatre enfants. J’ai un casier judiciaire vierge…"

Pendant la garde à vue du père de famille lillois, les enquêteurs n’ont pas mis longtemps à comprendre que Tuncel Percin n’avait rien à se reprocher. Ce sont des membres de la famille de candidats au djihad, qui avaient signalé aux autorités la disparition de leurs proches. Ils étaient tombés sur la petite annonce Blablacar et, inquiets, avaient donné l’alerte. "Tout était à mon nom et avec mes coordonnées", explique Tuncel Percin au quotidien régional. "Je ne suis pas musulman pratiquant. Je ne fréquente pas les mosquées. Je ne fais même pas le ramadan… On enquête sur moi depuis le mois de septembre. On aurait pu comprendre que je n’étais pas dangereux", déplore-t-il.

Réparations

"Tout cela peut apparaître disproportionné", reconnaît, "avec le recul", le directeur de la police judiciaire lilloise, interrogé par La Voix du Nord. "Il faut comprendre que nous devions savoir s’il ne s’agissait pas d’une filière organisant des départs. (...) En l’espèce, monsieur a été impliqué par hasard et aucune charge n’est retenue contre lui. Dans le contexte actuel, nous ne pouvons prendre le moindre risque". Tuncel Percin, lui, va demander réparation contre ce qu’il estime être un "excès de force totalement abusif".

À LIRE AUSSI
>>  Arrêté après avoir oublié ses tracts djihadistes dans la photocopieuse de son travail
>>  La déchéance de nationalité votée, l'égérie de la déradicalisation lâche l'exécutif
>>  Radicalisation : 8250 signalements enregistrés en France

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques