Attentat déjoué à Argenteuil : "Un arsenal d'une ampleur inédite"

Attentat déjoué à Argenteuil : "Un arsenal d'une ampleur inédite"

ATTENTAT DEJOUE - Reda Kriket, 32 ans, a été mis en examen et placé en détention provisoire. Il avait été arrêté dans le cadre d'un projet d'attentat avorté en région parisienne. L'attaque était "imminente", selon François Molins, procureur de Paris.

Le procureur de Paris, François Molins, tenait une conférence de presse, mercredi soir, après la mise en examen de Reda Kriket, 32 ans, pour association de malfaiteurs en vue de "crimes terroristes". L'homme, habitant Argenteuil (Val d'Oise), avait été arrêté dans le cadre d’une enquête sur un projet d’attentat avorté en Ile-de-France.

"Une attaque imminente"

Au terme de sa garde à vue, qui a duré six jours, Reda Kriket a été placé en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet, a indiqué François Molins.  Lors des perquisitions menées dans l'appartement d'Argenteuil, les enquêteurs ont découvert un arsenal "qui constituait les préparatifs d'une attaque terroriste imminente (...) qui aurait pu être d'une extrême violence", selon les propos du procureur, même si "aucune cible précise n'a pu être identifiée".

Un arsenal d'une ampleur inédite

L'arsenal découvert lors des perquisitions est" d'une ampleur inédite", selon les termes de François Molins. Ont notamment été retrouvées "trois bouteilles d'eau oxygénée, 500 grammes de TATP, des bidons d'acide, et des gants et masques de protections, quatre cartons contenant des milliers de billes d'acier ainsi que plusieurs éléments permettant de servir de détonateurs. Des passeports français volés, et des mobiles neufs dans leur emballage ont aussi été mis à jour. Enfin, dans un coffre fort, les enquêteurs ont retrouvé de la glycérine, des  explosifs, cinq kalachnikovs et leurs chargeurs, sept armes de poings et un livre, "le laboratoire moderne".

 Il évoque un commanditaire

Durant les six jours de garde à vue, Reda Kriket n'a pas été très prolixe. Il a soutenu qu'il n'était pas un "terroriste". Il a fourni peu d'explications sur les armes retrouvées à Argenteuil. Il a expliqué avoir réservé cet appartement à la demande d'un tiers, qui aurait déposé lui-même les explosifs et les armes, sept à dix mois auparavant. Il ne donne pas le nom de ce mystérieux donneur d'ordre. 

 Deux hommes déjà condamnés

Reda Kriket, et son complice, Anis B, étaient connus des services de police. Ce dernier a notamment été condamné à cinq ans de prison pour vol avec violence. Reda Kriket a lui plus de dix condamnations pour des faits de droit commun. Mais surtout, il avait été condamné le 29 juillet 2015, en son absence, à dix ans de prison, en Belgique, dans le cadre de filière vers la Syrie. Les deux hommes sont accusés de s'être rendus en Syrie, entre fin 2014 et début 2015.

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques