Attentats de Paris : ce que l'on sait de Najim Laachraoui, recherché par toutes les polices

Attentats de Paris : ce que l'on sait de Najim Laachraoui, recherché par toutes les polices

TERRORISME – La police fédérale belge a lancé ce lundi un appel à témoins pour tenter de retrouver Najim Laachraoui dont l’ADN a été découvert sur du matériel explosif utilisé au cours des attentats du 13 novembre à Paris. Agé de 24 ans, cet homme avait été contrôlé avec de faux papiers sous le nom de Soufiane Kayal.

Salah Abdeslam était recherché depuis quatre mois. Sa cavale a pris fin vendredi dernier à 16h40 au 79, rue des Quatre Vents à Molenbeek en Belgique. L’ennemi public numéro 1 est actuellement entendu par les enquêteurs belges en attendant son transfèrement vers la France, qui devrait intervenir dans un délai de trois mois maximum.

Ce lundi, la police fédérale belge a lancé un nouvel appel à témoins pour tenter de retrouver Najim Laachraoui. Né le 18 mai 1991, le jeune homme âgé de 24 ans avait été contrôlé le 9 septembre à bord d’une Mercedes à la frontière austro-hongroise, en compagnie de Mohamed Belkaïd et Salah Abdeslam. Mohamed Belkaïd, qui lui circulait avec de faux papiers au nom de Samir Bouzid, a été abattu par la police mardi à Forest en Belgique. Najim Laachraoui, qui pourrait avoir eu lui un rôle stratégique dans les attentats commis le 13 novembre à Paris reste, lui, introuvable.

Selon les éléments rendus publics à ce jour au sujet de Najim Laachraoui, il est établi qu’une des planques utilisées en Belgique, en l’occurrence une maison à Auvelais à proximité de Namur en Belgique, avait été louée au nom de Soufiane Kayal.

En outre, les enquêteurs soupçonnent très fortement Mohamed Belkaïd et Soufiane Kayal d'avoir été en liaison téléphonique avec certains membres du commando le soir du 13 novembre. Mohamed Belkaïd pourrait ainsi notamment avoir été le destinataire du SMS "On est parti on commence", envoyé à 21h42 le 13 novembre 2015 depuis le 11e arrondissement de Paris. Le texto avait été retrouvé dans un téléphone portable jeté dans une poubelle à quelques mètres du Bataclan. Najim Laachraoui pourrait avoir été avec Mohamed Belkaïd au moment de la réception de ce texto, ou tout du moins, avoir été en contact avec lui. Un autre numéro belge avait appelé ce soir-là Abdelhamid Abaaoud, l'organisateur présumé des attaques, depuis le même endroit à Bruxelles…

Son ADN sur des explosifs

Par ailleurs, traces ADN de Laachraoui Najim ont été retrouvées dans la maison louée à Auvelais, ainsi que dans l'appartement de la rue Henri Bergé à Schaerbeek (une commune de Bruxelles, ndlr), qui auraient été utilisés par le groupe terroriste", a souligné le parquet fédéral dans un communiqué.

Son ADN a également été retrouvé sur du matériel explosif utilisé le 13 novembre. "Il n’est pas exclu qu’il soit l’artificier, et que ce soit lui qui ait confectionné notamment les ceintures explosives", précise une source proche du dossier à metronews. Le parquet fédéral belge précise que Najim Laachraoui était parti en Syrie en février 2013.

Caméras de vidéosurveillance

Le 17 novembre, les deux visages de Belkaïd et Laachraoui avaient été captés par les caméras de surveillance dans une agence Western Union, où la fausse carte d'identité du premier a été utilisée pour faire un virement de 750 euros à Hasna Aït Boulahcen, la cousine d'Abaaoud, afin qu'elle lui trouve une planque en région parisienne.

Ce lundi, à l’occasion d’une conférence de presse depuis la Belgique, le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw et François Molins, procureur de la République de Paris qui avait fait le déplacement n’ont guère donné plus d’éléments sur cet homme recherché. "Si on lance cet appel à témoins, c'est pour avoir plus d'éléments pour savoir où se trouve actuellement monsieur Laachraoui. Je ne vous en dirai pas plus" s'est contenté de dire Frédéric Van Leeuw. 


Outre Najim Laachraoui, les polices recherchent toujours Mohamed Abrini, 31 ans, à l'encontre duquel un mandat d'arrêt avait été délivré le 24 novembre 2015, onze jours après les attaques survenues dans la capitale. Le trentenaire avait été filmé en compagnie de Salah Abdeslam dans la station-service de Ressons (sur l’autoroute en direction de Paris). "Mohamed Abrini était au volant de la Renault Clio qui a été utilisée, deux jours plus tard, pour commettre les attentats à Paris" avait indiqué le parquet. Mohamed Abrini fait l'objet d'une  fiche Interpol . Celle de Najim Laachraoui n'est pas encore en ligne. 

A VOIR AUSSI
>> Attentats du 13 novembre : 244 affaires de terrorisme  sont en cours en France
>>  VIDEO - Salah Abdeslam : quelles sont ses conditions de détention à la prison de Bruges ? >>  Attentats de Paris : un mandat d'arrêt international lancé contre Mohamed Abrini
>> Attentat du 13 novembre : deux nouveaux suspects activement recherchés en Belgique

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques