Bouteilles de gaz retrouvées dans une voiture dans l'Isère : le suspect qui a semé la panique les avait volées "pour les revendre à des snacks"

Bouteilles de gaz retrouvées dans une voiture dans l'Isère : le suspect qui a semé la panique les avait volées "pour les revendre à des snacks"

DirectLCI
FAIT DIVERS - L'homme interpellé vendredi dernier en Isère après que son véhicule a été retrouvé avec à son bord 14 bouteilles de gaz a été déféré dimanche devant un juge. Il sera convoqué le 15 septembre 2017 devant le tribunal correctionnel de Vienne pour répondre de "vol".

C'est un riverain qui, inquiété par une odeur de gaz qui se dégageait d'une voiture garée près de plusieurs usines classées Seveso et où de nombreuses bouteilles de butane étaient cachées, avait donné l'alerte vendredi.  


Au total, une centaine de gendarmes, un hélicoptère et une équipe de démineurs s'étaient rendus sur place pour procéder à la levée de doute. Au final, aucun dispositif de mise à feu n'avait été retrouvé dans le véhicule et, très vite, la piste terroriste avait été écartée. 


Peu après les faits, le propriétaire de la voiture, ainsi que sa compagne, avaient été interpellés et placés en garde à vue. Dès vendredi soir, la jeune femme avait pu quitter le bureau des enquêteurs. Son compagnon, lui, est resté en garde à vue jusqu'à dimanche pour fournir des explications aux gendarmes sur sa mystérieuse cargaison...

Employé dans une société de transports

Agé de 27 ans, le gardé à vue était employé dans une société de transports.  "Le suspect a reconnu pendant sa garde à vue qu'il volait son employeur, a indiqué Jérôme Bourrier, procureur de la République de Vienne joint ce lundi matin par LCI. Il a ajouté qu'il souhaitait se faire de l'argent en revendant les bouteilles de gaz à des snacks de la banlieue lyonnaise. Il a affirmé aux enquêteurs que c'était la première fois qu'il faisait cela ". 


Selon le magistrat, son employeur, avant ces faits, avait prévu de le licencier le soir même de son placement en garde à vue mais pour d'autres raisons. 

Convoqué en septembre

Déféré dimanche, le voleur présumé, connu pour quelques délits routiers, a été laissé libre sous contrôle judicaire. "Le parquet avait requis son mandat de dépôt pour comparution immédiate mais le juge des libertés a estimé que ça n'était pas nécessaire. Il est du coup convoqué par procès-verbal pour comparaître le 15 septembre prochain pour des faits de vol, conclut le procureur de la République à Vienne. 

Plus d'articles

Sur le même sujet