Cambrioleur abattu dans l'Hérault : le tireur mis en examen pour meurtre et laissé libre

Cambrioleur abattu dans l'Hérault : le tireur mis en examen pour meurtre et laissé libre

DirectLCI
FAIT DIVERS - Le propriétaire d'une maison de Servian (Hérault) a été mis en examen pour meurtre et laissé libre sous contrôle judiciaire samedi, a annoncé le parquet. Il a tué jeudi soir un cambrioleur qui s'en était pris à lui et sa famille.

Le cambriolage a tourné au drame, jeudi soir à Servian. C’est dans cette commune de l’Hérault que le propriétaire d'une maison a tué un cambrioleur qui s'en était pris à lui et sa famille. Il a été mis en examen pour meurtre et laissé libre sous contrôle judiciaire, a-t-on appris auprès du parquet ce samedi.


"A la suite des événements survenus au cours de la soirée du (jeudi) 5 octobre 2017 à Servian, deux procédures d’instruction ont été ouvertes ce jour", a indiqué le procureur de Béziers Yvon Calvet. La première concerne "des faits de tentative de vol avec arme, et violences volontaires en réunion et avec arme avec ITT inférieure à 8 jours" et "l’autre du chef de meurtre". Le procureur de préciser que "la personne mise en examen pour ces faits de meurtre a été placée sous contrôle judiciaire"

Une page Facebook de soutien

Les faits se sont produits jeudi, vers 21 heures au domaine des Jardins de Saint-Adrien à Servian. Selon les premières déclarations du propriétaire, deux cambrioleurs armés se seraient introduits chez lui, et l'auraient frappé, ainsi que sa femme, handicapée suite à un accident, avait relaté une source proche du dossier. L'un des voleurs serait monté à l'étage pour y chercher un coffre-fort, et le propriétaire des lieux se serait alors saisi de son propre fusil, avec lequel il l'a tué. Il possédait cette arme, toujours chargée selon ses dires, pour chasser les sangliers qui passaient sur son domaine. 

L'enquête devra "déterminer le déroulement exact des faits", souligne M. Calvet. "Il conviendra d’examiner si les conditions de la légitime défense (...) sont bien réunies". Une légitime défense que l’identification du second cambrioleur, qui aurait pris la fuite selon le propriétaire de la maison, permettrait d’élucider, selon les gendarmes. En attendant, une page Facebook de soutien au propriétaire a été créée et annonçait samedi soir avoir recueilli plus de 40.000 signatures pour la pétition en ligne adressée à la ministre de la Justice Nicole Belloubet, demandant une interprétation moins restrictive de la légitime défense.

Plus d'articles

Sur le même sujet