Ce que l'on sait des attaques terroristes à Paris

Ce que l'on sait des attaques terroristes à Paris

ATTENTATS - Plusieurs attaques terroristes ont été menées de façon simultanée, ce vendredi 13 novembre à Paris. Le point sur une vague

Un carnage inédit. Six attaques terroristes ont eu lieu vendredi 13 novembre, du Stade de France au cœur de Paris. Elles ont fait au moins 128 morts selon un bilan provisoire samedi.

Explosions près du Stade de France
Une attaque s'est d'abord produite à 21h20 au Stade de France, au nord de Paris, où trois explosions ont retenti autour de l'enceinte sportive pendant le match amical France-Allemagne, devant 80.000 spectateurs. Cinq personnes, au moins, sont mortes. Deux explosions ont eu lieu rue Jules-Rimet, à Saint-Denis: au moins l'une des deux est l'œuvre d'un kamikaze qui a lui-même trouvé la mort en se faisant sauter avec une ceinture explosive, l'autre est d'origine inconnue. La troisième a eu lieu à La-Plaine-Saint-Denis, près d'un restaurant McDonald's, également à proximité du stade. François Hollande, sur place, a été immédiatement évacué, alors que les entrées et sorties du stade ont été aussitôt bouclées. Le match s'est poursuivi jusqu'au bout, et le public a finalement été évacué dans un calme relatif.

Carnage au Bataclan
Au même moment, au Bataclan, boulevard Voltaire (XIe arrondissement), où se déroulait un concert du groupe de rock Eagles of Death Metal, plusieurs hommes armés à visage découvert ont ouvert le feu dans la salle de spectacles aux cris de "Allah Akbar", en tuant des dizaines de personnes au cours d'une prise d'otage de près de trois heures. "Je les ai clairement entendus dire aux otages 'C'est la faute de Hollande, c'est la faute de votre président, il n'a pas à intervenir en Syrie'. Ils ont aussi parlé de l'Irak", a raconté Pierre Janaszak, 35 ans, animateur radio et TV qui se trouvait dans la salle. "Avec ma mère on a réussi à s'enfuir du Bataclan (...), on a évité les coups de feu, il y avait plein de gens partout par terre", a raconté un jeune homme, prénommé Louis. "Des mecs sont arrivés, ils ont commencé à tirer au niveau de l'entrée." L'assaut a été lancé par la police peu avant minuit et demi et s'est terminé vers 1h. Bilan, plusieurs dizaines de morts, dont trois assaillants, qui auraient pour certains actionné la ceinture d'explosifs qu'ils portaient sur eux.

Fusillade dans les 10e et 11e arrondissements 
Deux restaurants, "Le Petit Cambodge", rue Bichat et "La Belle équipe", situé rue de Charonne ont été visés par des fusillades. D'autre fusillades ont eu lieu devant le bar Le Carillon à l'intersection des rues Bichat/Alibert, rue de la Fontaine au Roi, au niveau de l'intersection de la rue du Faubourg-du-Temple, et boulevard Voltaire.

L'état d'urgence décrété en France avec des contrôles aux frontières
Le président de la République a décrété l'état d'urgence sur l'ensemble du territoire français. Il confère à l'Etat des pouvoirs exceptionnels. Le "Plan blanc", visant à faire face à une situation sanitaire exceptionnelle, a aussi été déclenché en Ile-de-France. Les écoles, lycées, et établissements universitaires seront fermés ce samedi 14 novembre et les sorties scolaires sont interdites tout le week-end.

EN SAVOIR +
>> Reportage : "Il y a une fusillade, il y a huit morts!"
>> "Ils voulaient tuer tout le monde" : le témoignage d'un spectateur du Bataclan
>> Suivez la situation en direct
>> François Hollande annonce "la fermeture des frontières"

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques