Corse : un kebab et une boucherie halal visés par de nombreux tirs à Propriano

Corse : un kebab et une boucherie halal visés par de nombreux tirs à Propriano

REGAIN DE VIOLENCES - Un kebab et une boucherie halal, situés dans le centre-ville de Propriano, en Corse-du-Sud, ont été la cible de dizaines de tirs dans la nuit de mardi à mercredi. Le Premier ministre Manuel Valls a dénoncé des "actes intolérables".

Nouveaux actes anti-musulmans en Corse. Un kebab et une boucherie halal, situés en plein centre-ville de Propriano, en Corse-du-Sud, ont été la cible d'une trentaine de tirs dans la nuit de mardi à mercredi. Le procureur a souligné "qu'aucune piste n'est privilégiée".

Les condamnations sont unanimes. Le Premier ministre Manuel Valls a dénoncé sur Twitter des "actes intolérables" qui "imposent notre condamnation". "La lutte contre le terrorisme vaut pour tous les actes de terrorisme", a souligné le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll. Le maire de Propriano, Paul-Marie Bartoli, a dénoncé "le racisme le plus vil et le plus stupide". Et un représentant du Conseil français du culte musulman a quant à lui condamné ces tirs "avec force et demandé aux autorités de faire la lumière sur ces évènements".

25 à 30 impacts de balles

Plusieurs dizaines d'impacts de tirs ont été relevés par les enquêteurs de la gendarmerie sur les façades des deux commerces voisins. C'est le gérant de la boucherie qui a donné l'alerte vers 08h30. Le procureur de la République a déclaré que "les dégâts sont minimes", il n'y a aucune victime, et que "des témoins ont indiqué avoir entendu peu après 02 heures deux séries de tirs en rafale". Aucun des deux incidents n'a été revendiqué. La boucherie avait déjà été la cible de tirs peu après son ouverture, en juin 2013.

L'île avait connu de vives tensions dans la période entre Noël et le Nouvel An, après l'agression de deux pompiers et d'un policier tombés dans un guet-apens dans un quartier sensible d'Ajaccio. Des manifestations émaillées de slogans racistes avaient suivi et une salle de prière musulmane avait été saccagée. Pour calmer la situation, le préfet avait interdit toute manifestation .

Trois hommes interpellés à Ajaccio

L'enquête a fait un pas en avant ce mercredi. Trois hommes ont été interpellés à Ajaccio. Tous trois ont été arrêtés dans le quartier où a eu lieu l'agression et placés en garde à vue. C'est la quatrième série d'interpellations depuis le 25 décembre. Cinq hommes âgés de 16 à 25 ans avaient été placés en garde à vue lundi. Trois ont depuis été relâchés sans charges et deux autres devaient être présentés à une juge d'instruction.

Depuis ces incidents, plusieurs actes antimusulmans ont été enregistrés, notamment le dépôt d'une dépouille de sanglier devant une salle de prière musulmane, et des graffitis "les Arabes dehors" au bord des routes.

EN SAVOIR + >> Salle de prière saccagée : les responsables politiques et musulmans réagissent

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques