Disparition d'un septuagénaire à la sortie de sa synagogue : la Crim' se saisit de l'affaire

Disparition d'un septuagénaire à la sortie de sa synagogue : la Crim' se saisit de l'affaire

FAIT DIVERS – Moïse Chekroun, 72 ans, est porté disparu depuis le dimanche 24 janvier 2016. Il a été vu pour la dernière fois alors qu'il quittait la synagogue de la rue Barbanègre (19e), près de la Villette. Vendredi dernier, la brigade criminelle s'est saisie de l'enquête.

"On veut savoir ce qu'il s'est passé. On ne peut pas croire qu'il ait disparu comme ça". Depuis trois semaines jour pour jour, la famille de Moïse Chekroun recherche cet homme de 72 ans qui s'est volatilisé un dimanche soir.

La dernière fois que le septuagénaire a été vu, il sortait de la synagogue de la rue Barbanègre dans le 19e arrondissement de Paris. C'était le 24 janvier, peu après 21 heures. Depuis… rien. "Jusqu'à vendredi, la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) était chargée de l'affaire. C'est désormais la brigade criminelle qui l'a récupérée", fait savoir Stéphanie Chekroun, la belle-fille de Moïse Chekroun, jointe par metronews ce dimanche.

"Un accident, c'est impossible"

Pour la famille comme pour les enquêteurs, le mystère reste entier. "Depuis l'appel à témoins lancé par la police il y a plus de deux semaines, des personnes ont appelé les enquêteurs mais ça n'a rien donné", indique Stéphanie Chekroun. Elle nous dit ne pas croire du tout à la thèse de l'accident : "Des fouilles ont été faites dans le canal de l'Ourcq et le canal Saint-Denis, que mon beau-père empruntait en quittant la synagogue pour rentrer à son domicile de Saint-Denis. La police n'a rien trouvé. Même si on nous dit qu'un corps peut remonter à la surface après quatre, cinq, six semaines, ou même six mois parce qu'il peut être accroché au fonds, nous sommes convaincus qu'il n'est pas là : cela fait 40 ans qu'il fait le même chemin, il n'est pas assez stupide pour avoir conduit au bord de l'eau et y être tombé".

EN SAVOIR +
>>
Paris : le septuagénaire quitte la synagogue à vélo et disparaît

Moïse Chekroun s'occupait depuis 2009 de l'ouverture et de la fermeture de la synagogue. Le dimanche 24 janvier, les juifs y célébraient Tou Bichvatou (nouvel an des arbres, fête qui symbolise le renouvellement de la nature). Le rabbin et le directeur de la synagogue ont indiqué qu'ils avaient demandé à Moïse Chekroun de prendre l'excédent de nourriture qui restait de la fête, notamment les fruits que l'on mange à cette occasion. "Ils ont été étonnés car, visiblement, il ne les avait pas pris, indique Stéphanie Chekroun. Malheureusement, on ne peut rien vérifier car les caméras de vidéosurveillance de la synagogue n'avaient pas été mises en route ce jour-là. Par ailleurs, malgré la fête de Tou Bichvatou, et le monde qu'il y avait, il n'y avait aucun militaire devant la synagogue car le directeur avait oublié de les prévenir… "

Pour les proches, la thèse de l'enlèvement est plus que probable. "Malheureusement, le climat actuel fait que tout est possible… On vient de rendre hommage à Ilan Halimi mort sous la torture il y a dix ans, vous comprenez bien que l'on peut tout imaginer… Nous ne savons pas si mon beau-père avait ou non fait l'objet de menaces. Ce qui est sûr, c'est que c'est quelqu'un de très introverti, de serviable et de gentil", relève Stéphanie Chekroun.

A LIRE AUSSI
>>
Dix ans après : hommage à Ilan Halimi

"Lever une omerta"

Dans une interview diffusée sur Internet, Me Muriel Melki, qui intervient pour la famille Chekroun demande à toute personne susceptible d'apporter des informations sur cette disparition de passer un "appel anonyme" à la police. "L'appel que nous faisons aujourd'hui est destiné à lever une omerta qui s'est peut-être mise en place dans le 19e arrondissement et à Saint-Denis, dit le conseil. Nous en appelons à toutes les personnes qui vivent aux abords de ce quartier de témoigner. Il n'est pas possible que Moïse Chekroun ait disparu et ce soit volatilisé un soir sans que personne n'ait rien vu et rien entendu".

Les proches de Moïse Chekroun ont collé des affiches dans Paris et en Seine-Saint-Denis pour tenter de le retrouver. Plusieurs battues ont également été organisées dans plusieurs arrondissements de Paris. Ce dimanche, la famille allait faire des recherches dans le parc des Buttes-Chaumont. "Une personne nous a appelés pour nous dire qu'elle pensait avoir vu Moïse dans un abribus près du jardin. Nous y allons, on ne sait jamais"… Le police, elle, poursuit ses investigations.

Plus d'articles

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques