Elle avait tué Charlotte, sept mois : une nourrice condamnée à neuf ans de prison

Elle avait tué Charlotte, sept mois : une nourrice condamnée à neuf ans de prison

VERDICT - L'assistante maternelle, accusée d'avoir tué un nourrisson de sept mois après l'avoir secoué, écope d'une peine de neuf ans de réclusion pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Au cours de trois jours de procès, la cour d'assise du Val-de-Marne a tranché. L'assistante maternelle, accusée d'avoir causé la mort d'un nourrisson en projetant son landau au sol, à plusieurs reprises, a été condamnée ce mardi 22 mars à neuf ans de réclusion. Un peu plus tôt dans la journée, l'avocate générale avait requis une peine plus lourde, comprise entre douze et quatorze ans.

D'autres cas de maltraitance ?

Durant son procès, la nourrice, petite femme rousse reconvertie en coiffeuse, avait tenu à s'excuser auprès des parents, leur répétant "je suis tellement désolée", alors que le président lui demander de rejouer la scène des secouements, le transat dans les mains. Poursuivie pour violences volontaires sur mineur ayant entraîné la mort sans intention de la donner, elle avait pris soin de dissimuler cet épisode de secousses aux parents, pendant près d'un an et demi. Désemparée, la famille de la petite Charlotte a longtemps ignoré pourquoi l'enfant, en bonne santé, avait pu succomber à un soi-disant "malaise".

Ce sont les rapports des experts qui ont finalement permis, au cours de l'enquête, de déterminer que le nourrisson était décédé des suites du syndrome du bébé secoué. Depuis, la police a mis en évidence plusieurs cas de maltraitance de jeunes enfants de la part de cette assistante maternelle, qui font, aujourd'hui, l'objet de procédures distinctes. Huit ans après les faits, la nounou va donc connaître la prison. Depuis le vendredi 18 mars, elle comparaissait libre au tribunal de Créteil.

EN SAVOIR + 
>> Bébé secoué : une nourrice jugée aux assises pour la mort d'un nourrisson >> Accusée d'avoir tué un nourrisson, la nounou se confie : "j'aimais bien les enfants, mais bon..."

Plus d'articles

Les tags

    À suivre

    Rubriques