Enfant de 3 ans mort sous les coups à Reims : le procureur invite ceux qui ont "gardé le silence" à parler

Enfant de 3 ans mort sous les coups à Reims : le procureur invite ceux qui ont "gardé le silence" à parler

FAIT DIVERS - Quatre jours après la mort de Tony, 3 ans, à Reims (Marne), le procureur de la République Matthieu Bourrette invite toutes les personnes ayant des informations relatives au "calvaire" vécu par ce petit garçon, "souffre-douleur" du conjoint de sa mère selon le parquet, à se manifester. La maman de l'enfant et son compagnon ont été mis en examen et écroués lundi, à l'issue de leur garde à vue.

Son décès a été constaté à son arrivée à l’hôpital. Samedi dernier, Tony, 3 ans, est mort après plusieurs heures d’agonie. Les secours n’ont rien pu faire. Le petit garçon qui vivait avec sa mère et le nouveau compagnon de celle-ci à Reims (Marne), dans le quartier des Châtillons, n’a pas survécu aux coups répétés qui lui ont été assénés pendant plusieurs semaines


Quatre jours après les faits, le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette, invite dans le journal régional L'Union  toutes les personnes pouvant apporter des informations à se manifester auprès de la police et de la justice. "S’il est trop tard pour sauver cet enfant, il n’est pas trop tard pour comprendre quel était son quotidien, son calvaire, depuis un mois et demi au moins, période pendant laquelle il aurait été frappé par le nouveau compagnon de sa mère", explique ce mercredi à LCI Matthieu Bourrette. 

"Peur des représailles"

Plusieurs voisins du couple ont été entendus depuis samedi par les enquêteurs de police. "Un certain nombre a reconnu avoir entendu à plusieurs reprises des bruits suspects dans l'appartement, mais aucun n'a fait de signalement. Ces personnes ont indiqué qu'elles n'avaient pas osé parler par peur des représailles, fait savoir Matthieu Bourrette. Pour cet enfant martyr,  il faut aujourd'hui qu'un maximum de témoins se fassent connaitre et apportent des éléments à l'enquête". 


Lundi, après 48 heures de garde à vue, la mère de Tony, âgée de 19 ans, et son compagnon, âgé de 24 ans et déjà connu pour des faits de violences sur mineur, ont été mis en examen : elle pour "non-assistance à personne en péril" et "non dénonciation de mauvais traitement",  lui pour "violences habituelles sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité" et " homicide volontaire sur mineur de 15 ans". 


La mère encourt 5 ans d'emprisonnement. Lui la réclusion criminelle à perpétuité. 

Et aussi

Les tags

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques