Halte aux feux de forêt : mégot, barbecue, débroussaillage... les règles pour éviter l'incendie

PRÉVENTION - Plus de la moitié des incendies de forêt sont accidentels, comme cela semble être le cas concernant le feu qui a ravagé 800 hectares dans les Bouches-du-Rhône ce week-end et qui se serait déclaré à cause d'un mégot mal éteint. Même quand c'est par inadvertance, l'auteur est passible de sanctions pénales. Voici des conseils de prévention pour éviter l'embrasement.

Un mégot jeté dans la broussaille, un petit barbecue pour faire griller un poisson pêché dans la rivière, un feu de jardin qui s'emballe... et c'est l'incendie qui se propage dans la forêt. Ce genre de gestes apparemment anodins est à l'origine d'un feu qui a ravagé 800 hectares ce wek-end du 15 et 16 juillet 2017 à Saint-Cannat, dans les Bouches-du-Rhône. Dans ce cas, l'hypothèse du jet de mégot, jeté en bordure de route, est privilégiée par le parquet.

Des catastrophes évitables, pourvu de faire attention. L'imprudence serait en effet coupable de 60% des incendies de forêt, selon l'Entente pour la forêt méditerranéenne. Cet établissement public dont la vocation principale est de lutter contre ce type de négligence, insiste sur la réglementation en vigueur. Voici les principales règles à respecter, pour les particuliers,  en forêt ou à proximité des fôrêts.

Sur la route, pas de jet de mégot

 Ce geste est interdit en voiture sur le bas côté des routes qui longent les forêts, bois ou pinèdes ou à pieds lors d'une promenade ou d'une randonnée. L'incandescence de la cigarette risque en effet d'enflammer les herbes sèches et si le vent s'en mêle, le départ de feu peut être très rapide. D'une façon générale, il est interdit toute l'année de jeter des objets incandescents dans les bois, le maquis ou la garrigue.


Dans les forêts à risque d'incendie, griller une cigarette peut carrément être prohibé. C'est par exemple le cas dans celles des Bouches-du-Rhône, où "durant les mois de juin, juillet, août et septembre, il est interdit à toute personne de fumer ou de jeter des objets en ignition dans des espaces exposés aux risques d'incendies de forêts [...] ainsi que sur les voies qui la traversent", précise l'arrêté de la préfecture en question relatif à l'emploi du feu et au brûlage des déchets verts et autres produits végétaux. 

Chez soi, le débroussaillage

En vidéo

Incendies : quel rôle jouent les jardins d’ornement ?

C'est une obligation sur une bande de 200 mètres autour des zones exposées aux risques d'incendie de forêt dans les départements concernés. D'une part, débrousailler évite que les flammes se propagent dans les propriétés car les arbres, arbustes et herbes hautes sont un combustible potentiel. D'autre part, cela permet de réduire, voire stopper l'avancée du feu. Sans oublier que les sapeurs-pompiers peuvent passer plus facilement sur un terrain dégagé pour intervenir plus loin.


Concrètement, il convient d'élaguer les arbres et de rompre les continuités (en hauteur et en largeur), de supprimer tous les arbustes sous les arbres, de supprimer ceux-ci s'ils sont morts ou d'ôter la litière sèche dans un rayon de 10 mètres autour de la maison notamment. 


Pas question pour autant de supprimer toute végétation. C'est au contraire l'occasion de cultiver dans son jardin des plantes moins suspectibles d'atténuer le feu. Enfin, à moins qu'il y ait une restriction d'usage de l'eau en raison d'une éventuelle sécheresse, l'arrosage des arbustes et des herbes est également recommandé car cela les rend moins inflammables.

Dans le jardin ou en sortie, attention au barbecue

Comme tout emploi du feu à moins de 200 mètres d'un bois, d'une forêt, de plantations, de landes, de maquis et de garrigues, la partie de brochettes est réglementée. En fonction des localités, l'usage du barbecue peut en effet être restreinte à certaines périodes de l'année. Pour les inconditionnels de la grillade, il existe dans certains parcs ou forêts accueillant le public des foyers spécialement aménagés pour que les particuliers les utilisent.  


A noter : pour les barbecues, comme pour les cigarettes, le débroussaillage ou tout autre activité liée aux risque d'incendie, il peut exister une réglementation locale. Pour en prendre connaissance, il convient de se reporter aux arrêtés préfectoraux relatifs à l'emploi du feu par département. Ces textes sont consultables en mairie et en préfecture et sont accessibles ici sur le site de l’Observatoire de la forêt méditerranéenne ou sur celui de l'Entente. 

Dans le jardin, ne pas brûler les végétaux

Tontes de pelouses, feuilles mortes ou branches taillées... ces déchets verts sont interdits à l'incinération à l'air libre. Non seulement les brûler libère moulte particules polluantes (50 kilos de végétaux qui partent ainsi en fumée produisent l'équivalent des particules fines, toxiques, dégagées par une voiture diesel sur 7300 km). Mais aussi ces feux risquent d'être à l'origine d'un départ de feu d'abord dans le jardin puis de proche en proche dans la haies puis dans la forêt. Il convient donc d'envoyer ces végétaux en déchetterie ou de les mettre au compost. Il peut cependant exister des dérogations concernant surtout les résidus issus de cultures agricoles. Celles-ci sont signalées par arrêtés préfectoraux. 

En vidéo

Incendies en série dans le sud de l'Europe

Ce que dit la loi ?

Causer, par imprudence, un incendie de bois, forêts, landes, maquis, plantations ou reboisements d'autrui est passible d'une amende de 3750 euros et d'une peine d'emprisonnement de six mois. Des sanctions qui peuvent être alourdies non seulement si le responsable n'avertit pas les autorités immédiatement, mais aussi si les dégâts causés à des tiers sont importants. En outre, même quand cela ne provoque pas d'incendie, jeter un mégot sur la route depuis sa voiture, allumer une cigarette ou un feu de camp en forêt est passible d'un amende de 135 euros. Quant aux déchets de jardin, notez enfin que les brûler peut être puni d'une amende pouvant aller jusqu'à 450 euros.  

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques