Hérault : le propriétaire du lion se rend, l'animal pris en charge

Hérault : le propriétaire du lion se rend, l'animal pris en charge

FAIT DIVERS - Le propriétaire de Ciam, un lion de 14 mois détenu illégalement à Poussan, s'est rendu de lui-même à une convocation à la gendarmerie. Le fauve a été pris en charge.

Le maçon de Poussan (Hérault), qui détenait illégalement un lion chez lui, a été placé en garde à vue après s'être rendu de lui-même mardi matin à une convocation de la gendarmerie. Le fauve, âgé de 14 mois, a lui été pris en charge. Samedi, les gendarmes s'étaient rendu une première fois au domicile de cet homme. Mais après plusieurs heures de négociations, et afin d'éviter le pire, ils avaient préféré faire demi-tour. L'homme menaçait de se suicider si on lui retirait son étrange animal de compagnie.

Mais mardi matin, semblant prendre conscience du danger qu'il avait fait courir à ses proches et ses voisins, ce père de jeunes enfants, qui détenait le lion dans une cage dans son jardin, s'est rendu à la convocation, a indiqué la gendarmerie de l'Hérault.  

Placé dans un refuge

A la demande de la préfecture, la Fondation 30 Millions d’Amis a de son côté expliqué dans un communiqué qu'elle était intervenue en urgence à Poussan pour secourir le lionceau nommé Ciam, détenu en toute illégalité. Le fauve, confié provisoirement à la Fondation, doit être transféré vers le centre belge Natuurhulpcentrum.  

L'animal "voyagera en toute sécurité dans un véhicule adapté, sous étroite surveillance", ajoute 30 Millions d'Amis, soulignant les "conditions de vie inadaptées" du lion, enfermé depuis 7 mois dans une cage de fortune de 15 mètres carrés. La Fondation a déposé plainte à la gendarmerie de Mèze pour notamment "défaut de certificat de capacité", "défaut d’origine" et "mauvais traitements".

EN SAVOIR + >> Il menace de se tuer si on lui retire son lion, le préfet doit trancher lundi

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques