Julien, 8 mois, torturé à mort par son père : sa mère, restée passive, condamnée à 5 ans de prison

Julien, 8 mois, torturé à mort par son père : sa mère, restée passive, condamnée à 5 ans de prison

JUSTICE – La mère du petit Julien, 8 mois, battu et torturé à mort par son père, a été condamnée aux assises du Gard à cinq ans de prison pour "non-empêchement de crime". Une peine insuffisante pour l’avocat des parties civiles, Yves Crespin, qui compte faire évoluer le droit en la matière dans le courant de l’année 2016. Il explique sa démarche à metronews.

Les juges n’ont pas joué la carte de la clémence. Aux assises du Gard, jeudi 31 mars, un couple de jeunes parents a écopé de lourdes peines en conséquence de la mort du petit Julien, leur fils de 8 mois, battu depuis sa naissance. Le père, Jonas Barral, âgé de 26 ans, a été condamné à une peine de réclusion à perpétuité pour "actes de torture et de barbarie". Quant au silence de Pauline Carrasco, sa compagne de 23 ans poursuivie pour "non-empêchement de crime", il a été, conformément aux réquisitions de l'avocat général, puni de cinq ans d’emprisonnement ferme. La peine maximale encourue en pareille circonstance… pour l’instant.

EN SAVOIR + >> Torturé à mort sous les yeux de sa mère restée passive, Julien, 8 mois, pourrait faire changer le droit

Car un avocat, Yves Crespin, souhaite faire évoluer le droit en la matière. Et permettre à la loi de punir plus sévèrement, à l’avenir, celui ou celle qui n’interviendrait pas en cas de violences dans le cadre familial. L'avocat de l'association "L'enfant bleu", partie civile dans cette affaire, estime en effet que cette jeune maman, qui n’a pas tenté de mettre un terme aux sévices imposés par son compagnon à son bébé - dont l’autopsie a révélé 72 lésions plus ou moins anciennes sur tout le corps - devrait pouvoir être condamnée à dix ans de réclusion, au lieu de cinq.

Un dessin-animé pour enfants

"Cette mère n’a jamais bougé, ni avant, ni pendant, ni après les faits", précise Yves Crespin, interrogé par metronews à la suite du verdict. "Sa responsabilité est énorme. Les juges l’ont condamnée à la peine maximale encourue. Je suis convaincu qu’elle aurait pris plus de cinq ans de prison, si la loi l’autorisait."

C’est pourquoi, selon cet avocat spécialisé dans la lutte contre les enfants maltraités, la modification du droit ne peut pas attendre : "Nous allons bâtir cette proposition en termes juridiques et la soumettre aux députés ou aux sénateurs dans le courant de l’année 2016" nous informe celui qui "garde des images de ce procès". "Lui, impassible, presque inquiétant, les yeux fixes. Elle, déroutante, qui pleure sur elle-même mais ne montre aucune émotion quand on l’interroge sur la mort de son bébé". Et Yves Crespin de conclure : "J’ai travaillé sur l’affaire du petit garçon mis dans la machine à laver, sur l’affaire de l’octuple infanticide... Mais je n’ai jamais vu une affaire pareille. Jamais rien qui n’aille au-delà de l’horreur de cette souffrance infligée au petit Julien".

Au terme de dix-huit années d’emprisonnement, le père pourra demander une libération conditionnelle. Quant à Pauline Carrasco, elle pourrait être libérable à la moitié de son parcours carcéral, soit dans deux ans et demi.

Plus d'articles

En ce moment

Rubriques