L'ex-patron de Charlie Hebdo Philippe Val cambriolé : une Rolex, un pistolet 7.65 et les numéros de Sarkozy et Hollande volés

L'ex-patron de Charlie Hebdo Philippe Val cambriolé : une Rolex, un pistolet 7.65 et les numéros de Sarkozy et Hollande volés

DirectLCI
VOL - Le journaliste Philippe Val a vu son domicile parisien être cambriolée lundi 26 septembre dans la soirée. Les malfaiteurs sont repartis avec une Rolex et une arme de poing, ainsi que deux ordinateurs contenant les coordonnées de nombreux hommes politiques.

Le pot aux roses a été découvert lundi 26 septembre dans la soirée. Il est 21h30 quand le journaliste Philippe Val rentre chez lui dans le 13ème arrondissement de Paris, après un séjour à l'étranger. L'ancien patron de Charlie Hebdo, puis de France Inter découvre alors que son appartement a été visité, comme le révèle le magazine Closer.


Le ou les voleurs ont forcé une fenêtre et sont repartis avec un butin pour le moins sensible : outre une montre Rolex et quelques "objets de famille", les cambrioleurs ont également mis la main sur un pistolet 7.65 et deux ordinateurs portables contenant des données "ultra confidentielles", notamment les contacts téléphoniques de plusieurs hommes politiques, dont ceux des anciens présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande.

En vidéo

Charlie Hebdo : Le journal est un "baromètre de notre liberté" déclare Philippe Val

"Aucun lien avec ses prises de position"

Philippe Val a déclaré à L'Express que l'un des ordinateurs avait pu être désactivé à distance. "Quant au second, il est protégé par un code 'complexe'", a-t-il ajouté. Le journaliste, toujours sous protection policière, a fait l'objet ces dernières années de plusieurs menaces pour ses prises de position contre l'islamisme. C'est lui qui avait décidé de publier les caricatures de Mahomet lorsqu'il était directeur de la publication de Charlie Hebdo. Il avait quitté l'hebdomadaire satirique dans des conditions très houleuses en 2009 pour rejoindre Radio France.


Pour autant, selon Philippe Val, "tout porte à croire que ce cambriolage aurait pu arriver à n'importe qui d'autre". L'intéressé précise qu'"ill ne serait donc lié en rien à ses différentes prises de position publiques".

Plus d'articles

Sur le même sujet