Le convoi de François Hollande provoque un accident mortel et ne s'en serait pas aperçu

Le convoi de François Hollande provoque un accident mortel et ne s'en serait pas aperçu

DirectLCI
DRAME - Le convoi présidentiel serait à l'origine d'un accident de la route qui a coûté la vie à un homme de 83 ans le 8 novembre à La Rochelle, rapporte "Sud Ouest". Selon nos informations, les motards ne se seraient pas aperçus de la collision. Une enquête est en cours.

Marcel Briché avait 83 ans et s'apprêtait à entrer sur la rocade rochelaise, au niveau de Lagord, lorsqu’il a rencontré le convoi de François Hollande. Ce 8 novembre vers 10h, la voiture du président se dirige avec son escorte, vers les Assises de l’économie  de la mer où il doit prononcer un discours. Surpris par un motard qui lui fait signe de se décaler pour laisser passer le convoi, l’octogénaire, qui se trouve encore dans la voie d’accélération, s’encastre dans l’arrière d’une Mercedes devant lui, qui elle-même percute un autre véhicule, raconte Sud Ouest


"Les pompiers ont mis une heure et demie à le désincarcérer, mais mon père était conscient. Il a même demandé à l'un d'eux de prendre des photos avec son téléphone", explique son fils Thierry Broché au journal, après avoir pris possession du procès-verbal évoquant le convoi présidentiel. "Les examens ont révélé une fracture au niveau des vertèbres cervicales. Papa portait une minerve. Jeudi matin, un médecin a vu que sa nuque était bleue et a appelé le Samu. Mais il a fait un arrêt cardiaque. Il n'a pas pu être réanimé". 

La brigade des accidents a bien pris des nouvelles de la victime

Selon nos informations, une enquête a été ouverte pour comprendre les circonstances de l’accident et une plainte a été déposée par Thierry Broché le 17 novembre. Une source proche de l’enquête affirme que les policiers de l’escorte ne se sont pas arrêtés parce qu’ils n’avaient pas vu l’accident se produire. L’hypothèse la plus probable selon les policiers, serait que Marcel Briché a pensé que le motard voulait l’arrêter. Ce serait pour cette raison qu’il aurait pris la sortie. Il aurait alors continué à regarder dans son rétroviseur pour voir si le motard le suivait et c’est à ce moment-là qu’il aurait embouti l’arrière d’une voiture. Les témoignages de deux autres véhicules impliqués viennent corroborer cette hypothèse, selon cette même source policière. 


"La procédure habituelle veut qu'elle (la brigade des accidents, ndlr) prenne des nouvelles d'une victime hospitalisée 24 heures après l'accident, si le pronostic vital n'est pas engagé", précisent les enfants de la victime. Selon nos informations, le lendemain, la brigade des accidents a bien appelé l’hôpital qui a indiqué que la victime souffrait d’une fracture de la clavicule. Une deuxième radio effectuée révèle un déplacement de vertèbres. Le 10 novembre, soit deux jours après la collision, l’hôpital appelle les policiers à 10h30. Les médecins leur expliquent alors que Marcel Briché souffre d’une fracture aux cervicales et les informent de sa sortie imminente avec le port d’une minerve. Ce n’est qu’en signant son bulletin de sortie que la victime a fait un malaise, avant de décéder, soit 48 heures après l’accident.  

Plus d'articles

Sur le même sujet