Le fait divers du jour : emprisonnée après avoir dénoncé les mauvais traitements infligés à un chien

Le fait divers du jour : emprisonnée après avoir dénoncé les mauvais traitements infligés à un chien

ETATS-UNIS - Une Américaine originaire du Texas a été arrêtée et placée derrière les barreaux après avoir dénoncé les mauvais traitements de ses voisins sur leur chien. Ces derniers avaient pour habitude de laisser l'animal muselé et muni d'une couche nuit et jour sur leur balcon.

Amber Cammack pensait bien faire en dénonçant les mauvais traitements infligés au chien de son voisin. Scandalisée de voir la bête muselée avec un élastique en caoutchouc, portant une couche et séquestrée sur le balcon nuit et jour, cette Américaine a alerté plusieurs organismes gouvernementaux et le bureau du shérif du comté afin que les autorités viennent en aide à l'animal.

Accusée de harcèlement

Mais devant l'indifférence générale, Amber Cammack a finalement partagé des photos du chien muselé sur les réseaux sociaux, portant une couche et vivant sur le balcon, "même pendant des tempêtes de pluie". Alertant sur la gravité de la situation, Amber Cammack a également expliqué que le voisin du bas recevait de l'urine et des excréments de l'animal sur son balcon. Pensant attirer l'attention des associations de défense des animaux, la Texane a finalement reçu un appel du bureau du shérif lui demandant de supprimer toutes ces images, le propriétaire du chien s'étant plaint de harcèlement de la part de sa voisine.

"Je suis dégoûtée de ne pas pouvoir signaler un crime"

Ahurie par la tournure des évènements, Amber Cammack a décidé de maintenir son action et de ne pas supprimer les photos, jusqu'à ce que la police procède finalement à son arrestation et la place en garde à vue pendant 14 heures. Le lendemain, le procureur abandonnait les accusations contre elle et ordonna sa libération. Pour Amber Cammack, c'est le monde à l'envers. Le 5 octobre dernier, l'Américaine et une vingtaine de militants pour la cause animale se sont réunis devant le bureau du shérif, dénonçant "une arrestation injuste".

"On m'a jetée dans une cellule avec des meurtriers, des trafiquants de drogue. Je suis dégoûtée de ne pas pouvoir signaler un crime et que personne n'aide ce chien", a-t-elle déploré. "En tant que propriétaire d'une belle chienne nommée Ellie, je ne cautionne pas la façon dont a été traité ce chien. Mais en vertu du droit du Texas, il n'y a aucune cause probable pour justifier des accusations criminelles." En effet, le procureur Devon Anderson et la SPCA n'ont retenu aucune preuve de cruauté dans le traitement de l'animal. Aujourd'hui, Amber Cammack exige des excuses de la part du shérif Ron Hickman pour son arrestation jugée abusive.

A LIRE AUSSI >> Le fait divers du jour : elle séquestrait des handicapés dans sa cave pour voler leur pension

BESOINS D'ONDES POSITIVES ? >> Autiste, il sauve sa camarade grâce à Bob l'éponge

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques