Le fait divers du jour : harcelé sur Facebook après avoir torturé un chat, il se suicide

Le fait divers du jour : harcelé sur Facebook après avoir torturé un chat, il se suicide

ARDENNES - Se disant harcelé sur Facebook depuis qu'il a torturé un chat, un jeune homme de 23 ans s'est pendu à son domicile mardi soir.

Metronews a fait le tour de la presse régionale et vous livre le fait divers du jour...

Tout a démarré le 16 mai dernier. Comme le rapporte L'Union , trois jeunes, âgés de 19 à 23 ans, consomment ce jour-là de l'alcool dans un parc de Vouziers (Ardennes). Quand un chat s'approche gentiment d'eux. Un premier coup de pied lui est donné. Puis la violence monte d'un cran : le trio infernal s'acharne sur la matou, qui ne pèse que quelques kilos, au point de lui briser... ses pattes et le dos. L'animal décédera peu de temps plus tard, on l'imagine dans d'atroces souffrances.

L'affaire aurait pu en rester là, si une jeune fille n'avait pas filmé toute la scène avec son téléphone. Juste après les faits, elle poste la vidéo sur Facebook. La ligue dans l'intérêt de la société et de l'animal (Lisa) décide de porter plainte. Les trois jeunes, originaires de la Cité de Taine, sont rapidement identifiés grâce à l'aide des internautes et placés en garde à vue : ils s'appellent Jordan, Adrien et Robin. Face aux policiers, ce dernier n'hésite pas à jouer la carte de la provocation, déclarant : "J'en ai déjà buté deux (chats) chez ma mère avec une carabine, je ne suis pas ému, je n'aime pas les chats". Le trio reconnaît les faits sans trop de difficultés.

6 mois de prison ferme

La semaine dernière, le procès des trois jeunes hommes s'est tenu devant le tribunal correctionnel de Charleville-Mézières. Comme le raconte L'Union , du fait de son absence, Robin écope de la peine la plus lourde : 6 mois de prison ferme. Ses deux amis sont quant à eux condamnés à 4 et 3 mois avec sursis. Le tribunal décide en outre que les trois garçons vont devoir s'acquitter d'une amende (700 euros en tout) en faveur de l'association de défense des animaux.

Mardi soir, Robin, 24 ans, sans profession, poste sur Facebook ce message : "Une envie de partie de se monde de merde je vert rejoindre le ciel sa me soule (sic)". Il est 21h28. Dans la foulée, le jeune homme est retrouvé pendu à son domicile. Selon les premiers éléments de l'enquête, il s'estimait harcelé sur Facebook depuis l'éclatement de cette affaire. Comme semble le confirmer le commentaire de sa fiancée, posté sous son message : "Bande d enculer vous étes fière de vous d avoir fais de l harcelement moral... Je vous souhaite que ce que vous avez fait vous restera bien longtemps et que sa vous bouffera bien la vie comme ça a niké la vie de mon copain (sic)".

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques