Le nombre d'incidents chez les médecins en hausse de 2,4% en 2015

Le nombre d'incidents chez les médecins en hausse de 2,4% en 2015

VIOLENCES - Incident pour refus de prescription, temps d'attente jugé excessif, vol : les violences signalées par les médecins, surtout verbales, ont augmenté en 2015, frôlant le record de 2013, selon l'Observatoire du conseil national de l'Ordre.

Alors que des médecins ont été agressés très violemment par un groupe de personnes aux urgences du CHU de Tourcoing, dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 octobre, comme le rapporte La Voix du Nord, l'Observatoire du conseil national de l'Ordre lance un cri d'alarme : les violences signalées par les médecins, surtout verbales, ont augmenté en 2015, frôlant le record de 2013. 


L'Observatoire de la sécurité des médecins a recensé l'année dernière 924 déclarations d'incidents, soit quasiment autant qu'en 2013 (925), année record depuis le lancement de l'étude par l'Ordre des médecins et Ipsos en 2003. Et 23 de plus qu'en 2014.


Le plus bas niveau remonte à 2004 avec 439 déclarations, selon l'Ordre, chargé notamment de défendre la profession médicale. Pour 2015, les déclarations d'incidents représentent 4,6 agressions pour 1000 médecins en activité régulière.

Fait nouveau : les médecins du travail se classent à la 3 ème place des victimes

Les généralistes qui représentent plus de la moitié des effectifs, sont les plus touchés avec 65% des déclarations (+4 points par rapport à l'année précédente), loin devant les spécialistes (35%), parmi lesquels les ophtalmologues (6%), les médecins du travail (4%), les psychiatres, les gynécologues-obstétriciens et les dermatologues (3%). 


Toutefois, selon Christian Bourhis, ancien coordonnateur de l'Observatoire, un "fait nouveau" est à signaler, c'est "l'arrivée à la 3e place des victimes" des médecins du travail, en sixième position en 2014.


 "Il n'y a pas d'excuse à une situation insécuritaire dans l'exercice des professions de santé", a dénoncé ce mardi Patrick Bouet, président de l'Ordre des médecins, lors d'un débat après la publication de ces chiffres.

Les incidents signalés sont principalement verbaux

Selon le baromètre, les incidents signalés sont principalement verbaux (69%), les agressions physiques et les actes de vandalisme restant minoritaires (8% chacun). Les vols ou tentatives de vols représentent un peu moins d'un incident sur cinq et l'utilisation d'une arme demeure rare (2%).


Les raisons invoquées en premier lieu : un reproche relatif à une prise en charge (33%), puis vient le vol (18%), le refus de prescription (16%) et enfin le temps d'attente jugé excessif (9%).


Les départements du Nord et des Bouches-du-Rhône ont connu le plus grand nombre d'agressions (respectivement 64 et 63 déclarations) devant l'Isère et la Seine-Maritime (35). Les Hautes-Alpes, le Cantal, la Corse et la Creuse ont été les moins touchés (un incident déclaré). "L'Île-de-France enregistre une très nette baisse, passant de 167 déclarations en 2014 à 118 en 2015", a précisé Christian Bourhis. 

VIDÉO - Délais, horaires, manque de médecins : on a passé 24 heures à l’hôpital

Délais, horaires, manque de médecins : on a passé 24 heures à l’hôpital

Et aussi

Les tags

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques