L'identité de l'assaillant de Barbès, un "individu isolé", est toujours incertaine

L'identité de l'assaillant de Barbès, un "individu isolé", est toujours incertaine

RECAP - Un individu a été abattu ce jeudi vers midi devant le commissariat de la Goutte d'Or (18e). L'homme âgé d'une vingtaine d'années et connu des services de police, selon les premiers éléments d'identification, aurait menacé les policiers avant d'être mortellement touché. Metronews fait le point sur cette affaire.

Que s'est-il passé ?
Un individu âgé d'une vingtaine d'années s'est présenté ce jeudi à 11h30 devant le commissariat de la Goutte d'Or situé dans le 18e arrondissement de Paris. L'homme était porteur d'explosifs - qui se sont avérés factices - et d'un couteau, de type feuille de boucher.

Selon plusieurs sources, il aurait crié "Allah Akbar" alors qu'il pénétrait dans le commissariat. Après avoir demandé à l'homme d'obtempérer, selon un témoin, un policier a alors sorti son arme et a tiré sur le forcené. Plusieurs coups de feu ont retenti. Certains témoins ont affirmé en avoir entendu quatre. Grièvement blessé, l'homme est décédé sur place.

Invité de France Inter vendredi matin, le procureur de la République de Paris, François Molins, a évoqué une "nouvelle attaque terroriste" perpétrée par un "individu isolé" qui est arrivé "en courant devant le commissariat", a franchi les barrières de sécurité et "n'a pas répondu aux injonctions de s'arrêter" alors qu'il portait un hachoir de boucher. Dans ces conditions, François Molins a estimé que la réaction des policiers s'est inscrite dans le cadre de "la légitime défense" face à une menace "grave et imminente".

Ce triste événement intervient un an jour pour jour après la tuerie de Charlie Hebdo. Un peu plus tôt ce jeudi matin, François Hollande adressait pour la première fois ses vœux aux forces de l'ordre dans l'enceinte de la préfecture de police de Paris.

Un quartier bouclé
Les démineurs ont été dépêchés sur les lieux, au 34, rue de la Goutte d'Or (18e) et le quartier a été totalement bouclé. Un important périmètre de sécurité a ainsi été installé. Le Sacré Cœur a été fermé au public. Le trafic des lignes 2 et 4 du métro a été interrompu juste après les faits avant d'être rétabli vers 15h30.

A LIRE AUSSI
>> En images : Barbès, quartier sous haute tension
>>  Homme abattu devant le commissariat du 18e : après les tirs, la rumeur

"Par mesure de précaution, les écoles du 49 bis et 57 rue de la Goutte d’Or sont confinées", a fait savoir le rectorat de Paris dans un communiqué à la mi-journée. A 16h30, il faisait savoir que "la sortie des élèves des écoles" de la rue de la Goutte d’Or était "en cours "et qu'elle se déroulait "dans le calme".

EN SAVOIR + >> Après l'attaque de Barbès, Trump confond la France avec l'Allemagne

Une enquête confiée à la section anti-terroriste du parquet de Paris
Dans un communiqué, ce jeudi après-midi, le procureur de la République de Paris a confirmé l'ensemble des éléments qui constituent le déroulé du drame, ajoutant qu'un "téléphone portable et un papier sur lequel figurent le drapeau de Daech, un serment d'allégeance à Daech et une "revendication manuscrite non équivoque en langue arabe" ont été retrouvés sur cet homme. "Dans ces conditions, l’enquête en flagrance se poursuit désormais, du chef de tentative d’assassinat sur personnes dépositaires de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste, sous l’autorité de la section anti-terroriste du parquet de Paris et est confiée conjointement à la section anti-terroriste de la brigade criminelle de la préfecture de police (SAT) et à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI)", a précisé le parquet de Paris.

Ce que l'on sait de l'assaillant et de son parcours
Vers 17 heures, plusieurs sources policières indiquaient à metronews que l'homme avait été identifié, indiquant qu'il a été "mis en cause pour vol en réunion en 2013 dans le sud de la France". A l'époque des faits, qui auraient été commis à Sainte-Maxime (Var), l'homme avait déclaré aux gendarmes chargés de l'enquête s'appeler Ali  Sallah. Il se présentait comme un sans domicile fixe, né en 1995 à Casablanca au Maroc. Ses empreintes digitales avaient alors été entrées dans le Fichier automatisé des empreintes digitales (Faed) et correspondent à celles de l'homme tué jeudi après avoir attaqué le commissariat, ont indiqué ces sources. "Des messages en arabe et en allemand ont été retrouvés dans son téléphone portable. Tout ça va être regardé de près", a encore précisé une source à metronews.

Vendredi sur France Inter, le procureur de la République de Paris s'est toutefois montré très prudent sur l'identité de l'individu. Ce dernier a en effet rappelé que l'identité du suspect, déterminée à travers ses empreintes, renvoyait à celle qu'il avait lui-même déclarée aux autorités dans l'affaire de vol sur la Côte-d'Azur. Sur les documents retrouvés sur lui, jeudi, comprenant notamment la profession de foi de l’organisation Etat islamique, les enquêteurs ont découvert notamment que cet individu se présentait comme Tunisien et non Marocain, comme il l’avait déclaré précédemment. En outre, François Molins a révélé que l'homme abattu par les policiers du commissariat de la Goutte d'Or était en possession d'un téléphone doté d'une puce allemande.

Plus d'articles

Les tags

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques