Melun : qui est Henrique Vannier, le bâtonnier gravement blessé par balles au tribunal ?

Melun : qui est Henrique Vannier, le bâtonnier gravement blessé par balles au tribunal ?

DirectLCI
PORTRAIT - Le bâtonnier du barreau de Melun s'est fait tirer dessus à trois reprises jeudi 29 octobre par un avocat qui s'est ensuite suicidé. Retour sur son parcours, que de nombreux pairs saluent comme brillant.

Il lui aura fallu moins de dix ans pour gagner le respect de ses pairs. Henrique Vannier, le bâtonnier de Melun qui s'est fait tirer dessus à plusieurs reprises ce jeudi matin en plein tribunal, avait été élu en 2008 à ce poste par les avocats de Melun, quasiment à l'unanimité. Alors âgé d'à peine 36 ans, il devenait ainsi le plus jeune avocat à occuper cette fonction en Ile-de-France, ce qui témoigne d'un "parcours exceptionnel", souligne ce jeudi pour metronews Pierre-Olivier Sur, bâtonnier du barreau de Paris.

Son cabinet est sous le choc

Ce parcours démarre en 1999, quand l'homme de droit prête son serment d'avocat. Deux ans plus tard, l'avocat en droit pénal fonde son cabinet à Brie-Comte-Robert, en Seine-et-Marne. "Il est très apprécié, très gentil. C'est très lourd pour nous tous", nous confie ce jeudi une assistante de ce cabinet d'avocat, très choquée. Une description qui revient dans un portrait que lui avait consacré Le Parisien en 2008 : "Il sait jouer de son côté rassurant, bien dans sa peau, il plaît et met tout de suite à l'aise".

EN SAVOIR + >> Focus : quel est le rôle d'un bâtonnier ?

Dans ce même portrait, celui qui est aujourd'hui père de deux enfants se livre en ces termes : "Je suis né dans les Vosges. Mon père travaille dans le bâtiment, ma mère dans la restauration. J'ai des valeurs : l'honnêteté, le respect de la parole donnée, l'amour du travail bien fait et le besoin d'aider les autres."

Joseph Scipilliti accuse Henrique Vannier

Cet itinéraire apparemment sans faille s'est donc brisé ce jeudi matin quand un avocat du barreau de Melun, Joseph Scipilliti, a fait feu sur l'homme de 43 ans avant de retourner l'arme contre lui. Les deux hommes étaient en conflit depuis plusieurs années. Dans une longue lettre préalablement envoyée au site polémique Riposte laïque (qu'il avait défendu à plusieurs reprises), qui l'a publiée en intégralité, le tireur accuse notamment Henrique Vannier d'avoir abusé de son pouvoir contre lui.

"Une procédure disciplinaire (contre Joseph Scipilliti, ndlr) était en cours, pour des cotisations et des charges non réglées, Monsieur Scipilliti considérait que Monsieur Vannier en faisait une affaire personnelle", confie une source du cabinet d'Henrique Vannier à FranceTV info , tout en démentant que le bâtonnier ait mené une vendetta personnelle. C'est néanmoins comme cela que le concevait Joseph Scipilliti, qui termine sa lettre datée de mardi par ces mots lourds de sens : "Me voilà donc sur le point de satisfaire ceux qui pour justifier leur domination ou leur soumission m'ont fait une réputation de cosaque. Pour une fois, je vais vraiment manquer de délicatesse".

EN SAVOIR + >>  Fusillade au tribunal de Melun : suivez l'évolution de la situation minute par minute

Plus d'articles

Sur le même sujet