Meurtre de Laetitia Perrais : le "psychopathe" Tony Meilhon rejugé à Rennes

Meurtre de Laetitia Perrais : le "psychopathe" Tony Meilhon rejugé à Rennes

JUSTICE - En 2013, Tony Meilhon était condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de Laëtitia Perrais, une jeune fille de 18 ans dont le corps avait été retrouvé démembré du côté de Pornic. Le jeune homme avait décidé de faire appel. Son procès s'ouvre ce mardi devant la Cour d'appel de Rennes.

Lors de son premier procès, en 2013, il avait reconnu avoir commis "l'irréparable" en tuant Laëtitia Perrais, et vouloir "l'assumer jusqu'à la fin de sa vie". Mais sous certaines conditions, manifestement... Car si, ce mardi 13 octobre, Tony Meilhon, condamné en première instance à la réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté, s'apprête à passer devant la Cour d'appel de Rennes, c'est parce qu'il conteste la mesure de rétention de sûreté prononcée au moment de son jugement. Une mesure qui prévoit, à l'issue de sa peine, qu'une commission se réunisse pour déterminer la dangerosité du condamné. Et, le cas échéant, décide de son placement en établissement psychiatrique.

Un dispositif réservé, le plus souvent, aux criminels en série ou aux tueurs d'enfants. Et ça, Tony Meilhon, du haut de ses 36 ans, ne le tolère pas. Tout comme son avocat Me Fathi Benbrahim, qui au moment du jugement avait déploré que son client soit assimilé à "Francis Heaulme qui, lui, a tué plusieurs fois, en récidive et volontairement".

Etranglée puis poignardée

Car Tony Meilhon, lui, n'a tué "qu'une" fois. Son crime, il l'a raconté sans réel affect lors de son premier procès à Nantes il y a deux ans. N'hésitant pas, à l'époque, à jouer avec les nerfs de l'assistance, notamment lorsqu'il martelait avoir bénéficié de l'aide d'un mystérieux "Monsieur X" pour commettre son crime. Car l'enquête, elle, a été claire : c'est tout seul que l'ancien toxicomane, décrit par les experts comme un véritable "psychopathe", a massacré la jeune Laëtitia Perrais, le 18 janvier 2011. Le corps de la jeune serveuse, démembré, a été retrouvé le 1er février et le 9 avril, dans deux points d'eau différents près de Pornic. Elle a été étranglée puis poignardée une trentaine de fois. Impossible de savoir, en revanche, si elle a été violée.

A LIRE AUSSI >> Meurtre de Laëtitia : Tony Meilhon donne (enfin) le nom de son "complice"

Le procès en première instance aurait pu permettre d'éclaircir les zones d'ombres de cette terrible nuit. Il n'en a rien été. Oui, le jeune homme a parfois voulu montrer des signes d'humanité, en assurant être "rongé par le remord". Mais non, il n'a jamais vraiment reconnu être l'auteur de ce meurtre, plaidant pour un banal accident de la route qui a dégénéré. Surtout, il aura laissé ce sentiment désagréable aux personnes présentes dans l'assistance : celui d'avoir peut-être éprouvé un certain plaisir à assister à son propre procès.

EN SAVOIR +
>> Meilhon veut faire sauter sa rétention de sûreté
>> Tony Meilhon, "le lâche" condamné à la perpétuité
>> Le calvaire enduré par Laëtitia Perrais, 18 ans >> Tony Meilhon, "victime" de son enfance ?
>>
Le terrible récit des ex-compagnes de Tony Meilhon

Plus d'articles