Nord : un couple condamné à de la prison ferme pour avoir privé ses enfants de nourriture

Nord : un couple condamné à de la prison ferme pour avoir privé ses enfants de nourriture

ATROCE - Pendant quatre mois, un couple de Saint-Pol-sur-Mer (Nord) a privé ses deux enfants en bas âge de nourriture. Les services sociaux avaient alors constaté que le petit garçon et sa sœur étaient "rachitiques et constamment prostrés".

Une histoire qui fait froid dans le dos. Ce vendredi, un père et une mère ont été reconnus coupables de privation de soins et d'aliments envers leurs deux enfants et condamnés à trois ans de prison, dont deux ferme, par le tribunal de Dunkerque. Un verdict rapporté par La Voix du Nord et qui vient mettre un point final à une affaire sordide, qui avait choqué la région il y a deux ans. Lorsque l'on a appris que ce couple avait fait subir un véritable calvaire à son petit garçon et sa sœur, quatre mois durant : entre janvier et avril 2015.

Des parents pas conscients de la gravité de leurs actes

Une période pendant laquelle ces parents originaires de Saint-Pol-sur-Mer (Nord) a laissé leurs deux enfants en bas âge presque mourir de faim. Du moins jusqu'à ce que la direction de l'école maternelle du garçon ne s'inquiète de l'absence prolongée de ce dernier et ne prévienne le service de la Protection maternelle et infantile (PMI). Et le service social de constater au domicile familial toute l'horreur de la situation de ces deux petites victimes : "Ils sont rachitiques et constamment prostrés. Comme ils ne sortent jamais, ils ne supportent pas la lumière, rapporte le quotidien régional en citant le rapport de la PMI. Leurs cheveux tombent littéralement. Leur assise est bancale. Ils n’ont plus de muscles aux fesses. Les carences en apport alimentaire sont criantes. Leur vie est en danger".

Pris en charge en urgence, le frère et la sœur ont ensuite fini par retrouver un poids et la santé. Ils ont évidemment depuis été placés en famille d'accueil. Quant à leurs parents, durant le procès, ils n'ont pas semblé "prendre conscience de gravité des faits", explique encore La Voix du Nord. Et de tenter de se déresponsabiliser, en expliquant successivement que tout cela était dû à un ver solitaire, au ténia, à des problèmes financiers ou à un enseignant qui leur aurait conseillé de faire moins manger leurs enfants... Sans convaincre, donc, même si, contrairement à une requête du parquet, ce père et cette mère n'ont toutefois pas perdu leur autorité parentale.

Plus d'articles

Les tags

    Sur le même sujet

    En ce moment

    Rubriques