Paris : perquisition dans les vestiaires d'un commissariat du 18e après la découverte de Subutex

Paris : perquisition dans les vestiaires d'un commissariat du 18e après la découverte de Subutex

INFO METRONEWS - Les enquêteurs de l'inspection générale de la police nationale ont ouvert des casiers dans les vestiaires d'un commissariat du 18e arrondissement à Paris. Des stupéfiants "en petite quantité" ont été retrouvés.

Ambiance dans les sous-sols du commissariat central du 18e arrondissement à Paris. Depuis mercredi, les enquêteurs de l'inspection générale de la police nationale (IGPN) mènent une opération dans les vestiaires de l'établissement. Ils soupçonnent des policiers d'y avoir entreposé des stupéfiants. Selon nos informations, les casiers de plusieurs d'entre eux ont été ouverts mercredi et l'opération se poursuivait ce jeudi matin.

Des chiens renifleurs

L'enquête fait suite à un signalement selon lequel des fonctionnaires de police utiliseraient les vestiaires pour conserver de la drogue. L'alerte a été donnée mardi soir. "Le chef de poste du commissariat faisait sa ronde habituelle quand une dalle du plafond lui est tombée dessus avec du Subutex", précise auprès de metronews une source proche de l'affaire. La police des polices, en présence de chiens renifleurs, a donc procédé à une perquisition dans les vestiaires pour savoir d'où venait ce produit de substitution à l'héroïne qui fait l'objet d'un trafic parallèle . Selon nos informations, d'autres stupéfiants, dont du cannabis, "en petite quantité" ont été retrouvés au cours des investigations de l'IGPN.

L'opération des boeufs-carottes est source d'un certain agacement parmi les policiers. "Les moyens déployés par l'IGPN sont hors-norme alors que nous en manquons cruellement pour interpeller les délinquants", s'agace un policier auprès de metronews. En tout, près de 400 casiers ont été fouillés. Aucune garde à vue n'a pour l'heure été rapportée, mais une enquête a été ouverte.

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques