Perpignan : le beau-père met le bébé dans une machine à laver pour "lui faire faire des tours de manège"

Perpignan : le beau-père met le bébé dans une machine à laver pour "lui faire faire des tours de manège"

FAIT DIVERS – Un homme âgé de 22 ans a été mis en examen pour "violences sur mineur de moins de 15 ans" ce mercredi et placé en détention provisoire. En couple avec une jeune femme de 19 ans, il est soupçonné d’avoir placé la fillette de sa compagne dans la machine à laver d'une laverie et de l’avoir fait tourner à plusieurs reprises dans l’appareil, hublot ouvert.

C’est la maman de la fillette qui, samedi dernier, l’a emmenée aux urgences pédiatriques de l’hôpital de Perpignan (Pyrénées-Orientales). La jeune femme de 19 ans a alors indiqué au personnel que son bébé âgé de 15 mois avait "fait une chute" et qu’elle était "inquiète".


"Le service des urgences a fait remonter l’information à la police et au parquet. Le bébé présentait de multiples hématomes au niveau de la tête et du corps. Ces ecchymoses n’étaient pas compatibles avec une chute, à moins que l’enfant ait chuté à plusieurs reprises", indique le procureur de la République de Perpignan, Jean-Jacques Fagni joint par LCI ce mercredi. 


Lundi 13 mars, deux jours après les faits, la mère de la fillette est interrogée par les policiers de la sûreté départementale. "Elle a d'abord continué avec cette histoire de chute. Finalement, comme il n’y avait  pas du tout de compatibilité entre ses déclarations et les constatations sur les lésions, elle a fini par dire que son compagnon, alors qu’ils étaient dans une laverie, s’était amusé à mettre l’enfant dans le tambour d’une machine à laver, hublot ouvert, et qu’il avait ensuite fait tourner le tambour manuellement". 

"Il voulait apprendre la vie à l’enfant"

Interpellé et interrogé à son tour, le beau-père de la fillette a donné des explications effrayantes. Selon RTL, qui a révélé l’affaire ce mercredi, ce dernier aurait expliqué aux enquêteurs qu’il avait placé le bébé dans la machine afin de "le bercer". "Je ne sais pas d’où vient cette version, s’étonne le procureur interrogé sur les explications du suspect. Il a eu des propos un petit peu singulier… Il a dit au départ qu’il faisait faire à la fillette des tours de manège, avant de dire que c’était pour lui apprendre la vie. Il a une certaine distance par rapport aux faits. Nous n’avons pas l’impression qu’il ait vraiment pris conscience de leur gravité. Bien évidemment, il va faire l’objet d’une expertise psychologique et d’une expertise psychiatrique…" 


Ce mercredi, le jeune homme âgé de 22  a été mis en examen pour violences  sur mineur de 15 ans, violences aggravées par deux circonstances : l’âge de la victime, d’une part, et le fait que les violences ont été commises par personne ayant autorité. "Ce monsieur a également été mis en examen pour violences sans ITT par conjoint sur la personne de la maman. Il s’est en effet avéré qu’il était aussi violent envers sa compagne. Il encourt cinq ans d’emprisonnement pour ces faits, indique le procureur de la République. La maman, elle, a été mise en examen pour non empêchement de la commission d’un délit, en l’occurrence le fait de ne pas s’être opposée aux violences. Elle a été placée sous contrôle judiciaire". 

Le couple ne vivait pas ensemble

Selon les premiers éléments de l’enquête, le couple était ensemble depuis quelques mois sans que l’on connaisse précisément la date du début de leur relation. Aucun des deux ne travaillait. La jeune femme ne vivait pas avec ce garçon. Elle était en foyer maternel avec son bébé. 


Le jeune homme mis en examen n'avait, semble-t-il, pas de dépendance à l'alcool ou aux stupéfiants. "C’est un individu qui présente des troubles caractériels. Selon lui, il faisait cela pour le bien de l’enfant. C’est son sens de l’éducation", fait savoir Jean-Jacques Fagni. 

"La fillette est hors de danger"

Le pronostic vital de la fillette, qui aurait fait une "dizaine de tours dans la machine à laver" n’a heureusement jamais été engagé. Elle a été présentée à un médecin légiste, qui a prescrit deux jours d’ITT. "Il va y avoir des examens complémentaires. A priori, elle n'a pas subi de violences avant cet événement, ajoute le procureur. La mère, elle, a indiqué son compagnon la frappait 'à l’occasion' sans que l'on connaisse la fréquence des coups portés". 


Le bébé a été retiré à sa mère et a été placé par mesure de sécurité. "Nous verrons ultérieurement ce qu’il en advient. Mais la fillette est désormais hors de danger ", conclut le procureur de la République de Perpignan. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques