Pour les policiers, le clip de rap de Jo Le Pheno est "un appel au meurtre"

Pour les policiers, le clip de rap de Jo Le Pheno est "un appel au meurtre"

DirectLCI
PLAINTE - Plusieurs syndicats de policiers ont saisi Bernard Cazeneuve pour demander le retrait de la vidéo "Bavure" du rappeur Jo le Pheno. Ce vendredi, alors qu'une plainte doit être déposée par le ministre de l'Intérieur, Loïc Travers, secrétaire national Île-de-France du syndicat de police Alliance, dénonce auprès de LCI les propos "outranciers" et "menaçants" tenus dans ce clip.

Près d'un mois que la vidéo a été mise en ligne , et elle affiche ce vendredi déjà plus de 134.000 clics. Pour les syndicats de policiers, la présence sur la toile du clip de la chanson "Bavure" de Jo Le Pheno a "déjà trop duré".  Afin d'obtenir son retrait, ils sont plusieurs syndicats de police - SCSI-CFDT, Alternative-CFDT et Alliance - à avoir saisi cette semaine le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à ce sujet. 


"La plainte sera déposée ce vendredi", assure-t-on au ministère de l'Intérieur. "C'est une satifaction pour nous, se réjouit  Loïc Travers, secrétaire national Ile-de-France d'Alliance, joint par LCI. C'est même impensable que ce clip soit encore visible". 

Un rapport remis le 20 août

La vidéo de Jo Le Pheno a été mise en ligne le 17 août. "Un de nos délégués a fait un rapport écrit à sa hiérarchie dès le 20 août sur ce clip", nous précise Loïc Travers. Dans ce rapport, le syndicaliste reprend par écrit certaines paroles de la chanson du rappeur pour alerter ses chefs. A savoir notamment  :


 'Je pisse sur la justice et sur la mère du commissaire (...)sans hésiter faut les fumer',

 'Je baiserai la France jusqu'à ce qu'elle m'aime'

 'Il faut se défouler sur la flicaille'. 

'Veulent pas boire de lait au petit déjeuner mais je sais farcir de la volaille', 

'Ce qu'on veut c'est la guerre, pas la bataille', 

'Les contrôles c'est terminé, les armes d'épaule sont lâchées'

 'Faut raffaler pour se soulager et faire couler les larmes à vos mères'.

Où sont les condés, on va les dompter. Les émeutiers sont là (...) Ca sent le final'

Plusieurs policiers se sont reconnus dans la vidéo

"Le message est clair. Il est ultra-violent. C'est un appel au meurtre et à la haine, tout simplement intolérable, commente Loïc Travers. En plus des mots, le rappeur nargue les policiers du quartier, se filme avec eux, parfois à côté de vraies interventions policières. Il utilise dans l'illégalité la plus totale leur l'image : plusieurs collègues se sont reconnus, et ils n'ont pas du tout apprécié". 


Le 8 septembre, le syndicat de police a fini par alerter le directeur de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP), Jacques Méric. "Dans ce courrier, nous lui demandions de se positionner en dénonçant les propos de ce rappeur qui portent clairement atteintes à la police nationale. Nous lui demandions également de saisir la justice pour que des poursuites judiciaires puissent être engagées à l'encontre de cet individu". 


Moins d'une semaine plus tard, mercredi 14 septembre, le syndicat Alliance poste un tract dénonçant le clip sur sa page Facebook. Dans ce même document, l'organisation rappelle être "à l'origine du grand rassemblement contre 'la haine anti-flic' organisé le 18 mai dernier place de la République à Paris

C'est totalement insupportableLuc Poignant, secrétaire général de l'Unsa Police

"On est dans le même schéma que d'habitude, des gens qui ont très peu de culture, qui s'adressent à la même catégorie de personnes, qui essayent de se faire un nom. Ils disent lutter contre un système alors qu'ils sont en train de rentrer dans le système, parceque s'ils font ça c'est pour un certain nombre de vues, ça leur apporte de l'argent. Ça m'est totalement insupportable d 'entendre aujourd'hui que la police créé de la violence. La police aujourd'hui, elle est victime de cette violence et d'entendre des propos comme ça, c'est totalement insupportable, c'est irresponsable et ça doit être absolument condamné", a affirmé le secrétaire général de l'Unsa Police, Luc Poignant. 

En vidéo

Clip du rappeur Jo le Pheno contre la police : "C'est totalement insupportable"

Une autre lettre et une autre plainte en cours

Deux autres documents sont actuellement en cours de rédaction chez les policiers d'Alliance. " Un courrier sera envoyé très prochainement au Directeur général de la police nationale, Jean-Marc Falcone, assure Loïc Travers. Et une plainte sera déposée par les représentants de notre syndicat à l'encontre de ce Jo Le Pheno. J'espère que la justice, qui se fait "pisser" dessus par le rappeur, va aussi déposer plainte. Car elle se fait clairement attaquer". 


Ce genre de provocations de rappeurs à l'encontre des forces de l'ordre n'est pas une première. Tout comme les poursuites qui ont été engagées. En novembre 1997, les trois musiciens du groupe de rap Ministère Amer  ont ainsi été condamnés à des peines d'amende pour "provocation au meurtre de policiers".   Le groupe est notamment l'auteur des titres "Sacrifice de poulet" ou "Brigitte femme de flic". D'autres depuis ont été poursuivi, comme NTM, La Rumeur et Abdul X. 

Plus d'articles

Sur le même sujet