PORTRAIT - Attentats de Bruxelles : qui sont les frères El-Bakraoui, fichés par les Etats-Unis depuis des mois ?

PORTRAIT - Attentats de Bruxelles : qui sont les frères El-Bakraoui, fichés par les Etats-Unis depuis des mois ?

POLICE - Les deux hommes âgés de 27 et 30 ans sont morts en kamikaze mardi au cours des attentats de Bruxelles. Ils voulaient venger l’arrestation de Salah Abdeslam, qu'ils connaissaient. Tous les deux figuraient sur une des listes antiterroristes des Etats-Unis. Mais la justice belge ne les connaissait que pour des faits de grand banditisme.

Les attentats de Bruxelles sont-ils liés à ceux de Paris ? L’hypothèse est très sérieusement avancée. Des proches de Salah Abdeslam ont été identifiés comme les kamikazes des attaques de Bruxelles qui ont fait une trentaine de morts et 250 blessés, mardi 22 mars. La police belge est sur la piste des frères Khalid et Ibrahim El Bakraoui, déjà recherchés dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Paris. Selon nos informations, ces deux frères se sont fait exploser séparément, l’un à l’aéroport, l’autre dans le métro de Bruxelles. "C’est l’hypothèse la plus probable", confirme auprès de metronews une source proche de l’enquête. Seuls les résultats ADN permettront aux enquêteurs d’être formels.

Connus des services américains

Ibrahim El Bakraoui, qui s'est tué en kamikaze à l'aéroport de Bruxelles, figurait pourtant sur une des listes antiterroristes des Etats-Unis "avant les attentats de Paris" du 13 novembre, a rapporté vendredi 25 mars la chaîne CNN, citant des responsables américains. De même, son frère Khalid, qui s'est lui fait exploser dans le métro de Bruxelles, a été ajouté à cette liste "peu après les attaques de Paris il y a plusieurs mois". Ce dernier était recherché pour avoir loué sous un faux nom un logement à Charleroi, en Belgique, utilisé par certains assaillants du 13 novembre.

Un testament audio

D’ores et déjà, on sait que ces deux frères sont intimement liés à Salah Abdeslam. Selon une information de nos confrères de TF1 , les services anti-terroristes belges ont aujourd’hui la preuve que ces deux frères ont voulu se venger après l’arrestation vendredi dernier de Salah Abdeslam. Lors de la perquisition de leur planque à Shaerbeek, les enquêteurs ont mis la main sur un ordinateur qui avait été jeté dans une poubelle. A l’intérieur, les policiers ont découvert un testament audio, à l’attention de leur famille, rapporte TF1.

EN SAVOIR + >> EN DIRECT - Suivez tous les événements de la journée

Les frères El-Bakraoui étaient déjà dans le viseur des policiers dans le cadre des attentats de Paris et de Saint-Denis. Ils pensent que Khalid El-Bakraoui, 27 ans, a loué sous un faux nom un appartement à Charleroi qui a servi de planque à des terroristes du 13 novembre, juste avant de se séparer en commandos et de se rendre en France. Ils ont aussi obtenu la certitude, la semaine dernière, qu’il a loué un appartement à Forest, logement où a trouvé refuge Salah Abdeslam pendant sa cavale. "C’est d’ailleurs ces soupçons qui ont poussé les enquêteurs français et belges à perquisitionner ce site", détaille une source proche de l’enquête à metronews. Au cours de leur intervention, mardi 15 mars, les policiers essuient des rafales de tirs. Salah Abdeslam parvient à s’échapper par les toits.

Connus pour des faits de grand banditisme

Les frères El-Bakraoui n’étaient pas connus dans les réseaux djihadistes. "Je n’ai jamais entendu le nom de ces individus", précise une source bien informée. Ils n’étaient par ailleurs jamais apparus sur les radars de la justice et de la police de l’Hexagone avant les attentats de Paris. "A notre connaissance, ils n’étaient connus que des Belges", souligne une source judiciaire française. Khalid avait déjà été condamné à cinq ans de prison en 2011 pour des car-jackings. Quant à Ibrahim, son frère de 30 ans, il avait pris neuf ans de prison à Bruxelles pour avoir tiré sur des policiers à la Kalachnikov au cours d’un braquage en 2010. Selon la DH , l’aîné des El-Bakraoui n’avait pas hésité à ouvrir le feu sur des policiers au cours d’un vol à main armée chez un agent de change.

A LIRE AUSSI >>  Ce que l'on sait de Najim Laachraoui

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques