Seine-Saint-Denis : une enquête ouverte après la séquestration d'une famille juive, dépouillée à son domicile

Seine-Saint-Denis : une enquête ouverte après la séquestration d'une famille juive, dépouillée à son domicile

FAIT DIVERS - Une enquête a été ouverte pour vol aggravé et extorsion après qu’une famille juive a été séquestrée à son domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis). Les agresseurs auraient notamment déclaré : "Vous êtes juifs, vous avez de l’argent".

Les institutions juives dénoncent une "nouvelle agression antisémite". Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb la qualifie "d'odieuse", dénonçant "un acte lâche" dont la motivation "semble directement liée à la religion des victimes". Une famille juive a été séquestrée et détroussée dans la nuit de jeudi à vendredi à son domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis) par des agresseurs qui auraient justifié leurs actes en invoquant la religion des victimes.  


"Les auteurs se sont introduits dans le pavillon par effraction, ils ont coupé le courant, séquestré d'abord le fils de la famille puis, au petit matin, s'en sont pris à la maîtresse de maison" et à son mari pendant plusieurs heures, jusqu'à ce que la femme parviennent à alerter la police, indique dimanche dans un communiqué le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA).

"On prend l'argent aux juifs pour le donner aux pauvres"

Les agresseurs auraient déclaré  : "Vous êtes juifs, vous avez de l'argent, on prend l'argent aux juifs pour le donner aux pauvres". Il auraient "réclamé et emporté les bijoux, des sommes d'argent en espèces et les cartes de crédit de la famille", ajoute le BNCVA.


Le parquet de Bobigny a confirmé avoir ouvert vendredi une enquête pour vol aggravé par plusieurs circonstances - dont le fait que les faits semblent avoir été commis en raison de la religion des victimes -, extorsion aggravée et séquestration.


"Le ministre de l'Intérieur a demandé un suivi appuyé de l'enquête qu'il suit heure par heure", a indiqué sur Radio J le secrétaire d’État au numérique, Mounir Mahjoubi, en condamnant des "faits ignobles". "Tout sera mis en œuvre pour identifier et interpeller les auteurs de cette odieuse agression", a ensuite assuré Gérard Collomb dans un communiqué, apportant son "profond soutien à la famille et aux responsables des institutions juives de France". 


Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a de son côté condamné avec force une "agression très violente et antisémite". "Après le  meurtre atroce de Sarah Halimi chez elle cette nouvelle agression doit conduire les autorités de notre pays à une vigilance renforcée et à des sanctions exemplaires et dissuasives", plaide-t-il. Sarah Halimi, une juive orthodoxe de 65 ans, a été tuée par son voisin musulman avril à Paris. La qualification antisémite n'a pas été retenue lors de la mise en examen de son meurtrier présumé.

Plus d'articles

Sur le même sujet