"Slipgate" : la famille de l'homme à la pelle accuse le coup

"Slipgate" : la famille de l'homme à la pelle accuse le coup

REACTIONS - La famille de chasseurs mise en cause par la Ligue de protection des oiseaux se dit choquée par l'opération médiatique menée lundi chez elle à Audon et l'ampleur du buzz qui a suivi. "Voir mon père en slip, caricaturé de la sorte, c'est très dur", témoigne son fils dans le journal "Sud Ouest".

La photo de l'homme en slip attaquant des défenseurs de volatiles avec une pelle à Audon a affolé les réseaux sociaux. Ce riverain sortant l'artillerie lourde, immortalisé par des journalistes lors de l'opération contre le braconnage des pinsons menée par les membres de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), est devenu un "mème" , un phénomène repris et décliné massivement sur Internet.

Un détournement qui a beaucoup fait rire, exceptions faites des membres de la famille landaise incriminée. "Il y a un minimum de respect à avoir. Voir à la télévision mon père en slip, caricaturé de la sorte, c'est très dur, pour lui comme pour nous", témoigne son fils dans le journal Sud Ouest . "Qu'Allain Bougrain-Dubourg (le président de LPO ndlr) veuille se faire prendre en photo et passer à la télévision, ce sont ses affaires. Il n'a pas à nous mêler à ça", poursuit cet agriculteur de 32 ans qui se dit choqué par l'intrusion des militants dans la propriété familiale tandis que son père était dans la salle de bain. "Ils ont leur cause, je suis d'accord. Mais imaginez : vous voyez des gens débarquer chez vous et se mettre à tout détruire. Comment le prendriez-vous ?"

Les chasseurs dénoncent des "provocations récurrentes"

Une demi-douzaine de membres de la LPO, suivis par autant de journalistes, avaient pénétré dans un champ de maïs où ils avaient repéré des pièges à oiseaux appelés "matoles". A l'automne, l'association protégeant les oiseaux lance régulièrement des actions dans ce département pour lutter contre le braconnage des pinsons, protégés depuis 1976, mais traditionnellement consommés par certains chasseurs. Cette fois, elle a été accueillie par une pelle et des riverains en colère. L'altercation a duré une quinzaine de minutes jusqu'à l'arrivée des gendarmes. Si nombreux se sont émus de l'agression des militants et journalistes présents, le président de l'association départementale des chasses traditionnelles à la matole, Jean-Jacques Lagüe, a lui dénoncé des "provocations récurrentes de la LPO". Et d'assurer que les pièges détruits à Audon "ne visaient pas des pinsons mais les alouettes, une chasse autorisée".

"S'il y a une infraction, on dépose plainte, il y a procédure et éventuelle sanction, a abondé l'avocat de l'association Me Dutin. Mais à quoi joue la LPO ? Ils se prennent à la fois pour des enquêteurs, policiers, procureurs, et même huissiers, puisqu'ils exécutent une 'sanction' en détruisant les pièges. Ils sont dans la provocation et l'image." Seule certitude dans cette affaire, la justice devrait être amenée à trancher. Des plaintes à la pelle ont en effet été promises : de la part de la LPO, soutenue par la ministre de l'Environnement Ségolène Royal, pour agression, dégradation de véhicules, et destruction d'espèce protégée. De l'homme en culotte courte pour violation de domicile et droit à l'image auprès des médias invités par les défenseurs des volatiles. Et de deux riverains pour coups reçus dans la bousculade, parmi lesquels la grand-mère de la famille landaise, 86 ans, qui a depuis été hospitalisée.

EN SAVOIR + >>  Agression à la pelle et en culotte : le "slipgate" qui affole Twitter

Plus d'articles

En ce moment

Rubriques