Suicide d'une ado à Lisieux : un ex-petit ami reconnaît être à l'origine des photos dénudées

Suicide d'une ado à Lisieux : un ex-petit ami reconnaît être à l'origine des photos dénudées

SUICIDE - Une lycéenne de Lisieux n'a pas supporté la diffusion, de portables en portables, d'au moins une photo d'elle dénudée. Six jours après son geste désespéré, l'un de ses ex-petits amis a reconnu être l'auteur du ou des clichés. Mais assure qu'il ne l'a pas partagé.

Deux jours après le suicide de Juliette, lycéenne scolarisée à Lisieux, dans le Calvados, metronews apprenait que les enquêteurs s'intéressaient à l'un des ex-petits amis de la jeune fille, dans ce qui pourrait bien être une affaire de revenge porn. Depuis, l'enquête a bien avancé. Les policiers ont réussi à mettre la main sur ce jeune homme, qui a reconnu, lors de son audition mercredi, être "l'auteur des photos", rapporte RTL ce mercredi. Ces clichés dénudés de la jeune fille de 15 ans, pris il y a deux ans, ont circulé de smartphones en smartphones, sans que les enquêteurs n'aient pris la mesure, à ce stade, de l'ampleur réelle de leur diffusion.

EN SAVOIR + >> Une ado se tue après la diffusion d'un ie dénudé : la piste du "revenge porn" privilégiée

Il nie être à l'origine de la diffusion des clichés

En revanche, l'ancien petit ami de la lycéenne scolarisée à Lisieux, dans le Calvados, a "nié être responsable" de la diffusions des photos intimes, ajoute RTL . Interrogés par la police, l'entourage de l'adolescente, mais aussi ses professeurs, ses camarades de lycées et le personnel de l’établissement l'ont tous confirmé : Juliette était "très affectée" par la diffusion de ces photos. Et la jeune fille n'en avait parlé à personne dans sa famille. "Juliette on l'aimait, mais elle avait honte, elle ne voulait pas nous décevoir. Elle avait honte de ce qu'elle avait fait et elle savait que ça la suivrait toute sa vie", a confié, lundi, la mère de l'adolescente disparue sur  Europe 1 . Cette dernière a d'ailleurs porté plainte pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" de sa fille via la diffusion d'images, et pour "toute autre infraction que l'enquête pourrait permettre d'établir", a précisé de son côté le parquet de Lisieux.

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques