Terrorisme : ce que l'on sait du suspect de l'attentat déjoué à Toulon

Terrorisme : ce que l'on sait du suspect de l'attentat déjoué à Toulon

DirectLCI
TERRORISME - L'homme arrêté à Toulon, soupçonné d'avoir voulu commettre un attentat contre la base navale de la ville, était en contact avec un djihadiste français en Syrie. Ce dernier avait menacé la rédaction de Charlie Hebdo en 2012.

Son plan n'était pas encore très précis, mais il voulait attaquer des militaires de la marine nationale de la base navale de Toulon. Les autorités françaises ont déjoué un projet d'attentat, a annoncé mardi soir le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, confirmant une information révélée par Canal+. Le jeune homme arrêté, prénommé Hakim, était depuis un an dans le viseur des services de renseignement pour ses projets de départ en Syrie et ses messages de soutien aux thèses djihadistes sur son profil Facebook.

Âgé de 25 ans, ce Toulonnais aurait tenté de rejoindre la Syrie à deux reprises. Une première fois, en octobre 2014, avant d'en être dissuadé par ses proches. Puis deux mois après où, cette fois, il est intercepté par les douaniers. Il est alors frappé d'une interdiction de sortie du territoire. C'est dans un foyer que Hakim, qui a peu à peu coupé tout lien avec sa famille, a été interpellé le 29 octobre dernier. Il venait de commander deux colis de Chine. Dans l'un d'eux se trouvaient un couteau de combat et une cagoule noire, contenu intercepté et qui a déclenché son arrestation par les policiers de la section antiterroriste.

En contact avec un djihadiste français

En garde à vue, il a reconnu avoir été en contact sur Internet avec un djihadiste français actuellement dans les rangs de Daech qui l'aurait incité à passer à l'acte. Il s'agirait de Mustapha M., mis en examen pour "association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste" et écroué quelques mois pour avoir menacé la rédaction de Charlie Hebdo en 2012, a indiqué une source proche du dossier. Avant d'être libéré sous contrôle judiciaire et de se volatiliser en décembre 2014. C'est lui qui aurait conseillé à Hakim d'acheter une arme, en l’occurrence une kalachnikov. Faute d'avoir pu s'en procurer une, le jeune homme se serait rabattu sur un couteau. Après avoir nié tout projet d'attentat, il a fini par reconnaître devant les enquêteurs avoir voulu commettre une action violente sur le sol français, à défaut d'avoir pu regagner la Syrie. Sa cible : les marins de la base navale de Toulon.

Pour les services de renseignement, les attaques menées par des Français de retour de Syrie ou en contact avec d'autres djihadistes sur place sont l'une des principales menaces terroristes. Selon les derniers chiffres officiels, plus de 500 Français sont engagés en Syrie ou en Irak auprès de l'Etat islamique. Quelque 250 en sont revenus et 750 ont exprimé le souhait de partir.

EN SAVOIR + >> Un attentat terroriste déjoué à Toulon

Plus d'articles

Sur le même sujet