Un père de famille de 60 ans meurt à son domicile après avoir été agressé en pleine nuit par un faux commando du GIGN

Un père de famille de 60 ans meurt à son domicile après avoir été agressé en pleine nuit par un faux commando du GIGN

MEURTRE - Un homme de 60 ans est mort dans la nuit de dimanche à lundi à son domicile de Breuilpont dans l'Eure suite à une agression organisée par un faux commando du Groupe d'intervention de la Gendarmerie nationale. Les imposteurs prétextaient vouloir mener "un contrôle fiscal"...

En pleine nuit, cette famille de l'Eure a eu l'effroyable surprise de voir débarquer un commando à son domicile. Suite à cette agression orchestrée par des voyous déguisés en militaire du GIGN (Groupe d'intervention de la Gendarmerie nationale), le père de famille, un homme de 60 ans, est décédé à son domicile de Breuilpont.


Il est 3h15 du matin environ lorsque six hommes encagoulés et gantés font irruption dans la maison de cette famille composée d'un couple et de leurs deux filles de 17 et 21 ans. Les malfaiteurs, qui prétendent faire partie du GIGN, maintiennent femme et enfants dans une chambre puis conduisent le mari au rez-de-chaussée pour procéder à un "contrôle fiscal" qui va durer quelques minutes.

Les causes du décès restent inconnues

En vidéo

Au coeur du GIGN, l'unité d'élite de la gendarmerie

Le Parisien qui révèle l'affaire, depuis confirmée par le parquet d'Evreux, explique que l'épouse du défunt a entendu les voyous quitter la bâtisse familiale puis a découvert son mari, inconscient sur le sol. Les soins prodigués par les secours n'ont malheureusement pas permis de ranimer le sexagénaire. Pour l'heure, les causes du décès demeurent inconnues. 


"Le but de l'opération était sans doute d'obtenir de l'argent", a indiqué la procureure, Dominique Puechmaille, sans pouvoir dire encore si les malfaiteurs en ont dérobé. L'enquête a été ouverte par le parquet d’Évreux pour "homicide volontaire concomitant à un autre crime, sur des faits de vol avec armes en bande organisée et séquestration ayant entraîné la mort".  Elle a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Rouen.

Plus d'articles

Les tags

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques