Une étudiante arrêtée pour avoir harcelé Emmanuel Macron avec des photos érotiques

Une étudiante arrêtée pour avoir harcelé Emmanuel Macron avec des photos érotiques

JE T'AIME MOI NON PLUS - Une étudiante âgée de 29 ans a été arrêtée jeudi, accusée d'avoir envoyé des messages d'amour réitérés au jeune ministre de l'Economie. Depuis cinq mois, elle harcelait Emmanuel Macron avec des photos érotiques transmis sur sa boîte mail personnelle.

Régulièrement sur le podium des hommes politiques les plus séduisants, Emmanuel Macron fait tourner les têtes. Un peu trop, parfois. Le ministre de l'Economie a été contraint de porter plainte mi-février contre une jeune femme qui le harcelait depuis plusieurs mois. Messages d'amour passionnés, photos dénudées, voire érotiques, la jeune femme âgée de 29 ans n'avait pas résisté au charme du jeune ministre et lui avait bien fait savoir. Depuis cinq mois, elle inondait la boîte mail de l'ancien banquier d'affaires.

De quoi faire regretter au jeune ministre âgé de 38 ans, dont les interventions médiatiques sont régulièrement saluées pour son charme et ses qualités télégéniques, d'avoir divulgué son adresse mail personnelle , et non celle de son ministère, lors d'un déplacement au salon LeWeb, événement dédié aux nouvelles technologies, afin d'inciter les jeunes entrepreneurs à lui envoyer leurs idées pour relancer la France.

Un ordinateur et un téléphone portable saisis

En tout état de cause, l'affaire a été prise au sérieux par la police judiciaire qui a rapidement localisé l'auteure des messages : une habitante de Juvignac, dans l'agglomération de Montpellier. Une perquisition a été menée jeudi au domicile de cette étudiante en droit, son ordinateur et son téléphone portable ont été saisis, révèle ce vendredi Midi Libre. La jeune femme, de nationalité gabonaise, a été arrêté et placée en garde à vue pour "messages réitérés malveillants en vue de troubler la tranquillité d'autrui".

Interrogée sur son comportement et sur les raisons qui l'ont conduite à envoyer ces messages répétés, une source judiciaire a confié au quotidien régional qu'il "s'agissait de messages à caractère érotique, c'étaient des mails dans lesquels elle lui déclarait sa flamme. Il y avait aussi des photos d'elle, dans le détail desquelles nous n'entrerons pas".

Le coup de coeur de Frédéric Mitterrand

Pour les enquêteurs, l'étudiante "ne présente aucune dangerosité particulière". Mais "on ne peut tolérer qu'une personnalité publique soit harcelée par des messages électroniques, fussent-ils d'amour." La jeune femme doit être examinée par un psychiatre, afin de déterminer si les manifestations de son coup de folie ministériel relèvent d'un égarement ou d'une obsession plus inquiétante, du type érotomane. Selon les conclusions de l'expert, elle pourrait se voir remettre une convocation au tribunal. Selon la loi d'août 2014, qui réprime "le harcèlement par la voie électronique", elle risque jusqu'à un an de prison et 15 000 euros d'amende.

Ce n'est pas la première fois qu'Emmanuel Macron, pourtant marié depuis près de dix ans à son ancienne prof de français et de théâtre, inspire ce type de sentiments enflammés. Evoquant ses "rêves érotiques avec Manuel Valls", Frédéric Mitterrand , l'ancien ministre de la Culture, avait avoué que le ministre de l'Economie ne le laissait pas indifférent. "Je crois que le prochain sur la liste sera Macron, avait-il expliqué. Je ne m'ennuie pas la nuit moi !"

À LIRE AUSSI
>>
Marion Maréchal-Le Pen et Emmanuel Macron, objets du désir des Français
>>
Emmanuel Macron et ses phrases pas vraiment de gauche

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques