Une mère et ses deux enfants disparaissent : "Qu'elle ait pris les doudous me rassure"

Une mère et ses deux enfants disparaissent : "Qu'elle ait pris les doudous me rassure"

FAIT DIVERS – Depuis près de trois semaines, Vincent Zizzutto recherche désespérément son ex-femme Sophie, 39 ans ainsi que ses deux enfants Liam et Yumi, âgés de 3 et 7 ans. Domiciliés à Saint-Romain-sous-Gourdon en Saône-et-Loire, ils ont été vus pour la dernière fois le jeudi 28 janvier. La gendarmerie a lancé un appel à témoins et le parquet de Chalon-sur-Saône a ouvert une information judiciaire pour disparition inquiétante.

À pied, en voiture, en hélicoptère, ils ont passé au peigne fin les bois et chemins des environs. Ils ont enquêté sur les téléphones portables et l'ordinateur familial. Ils ont entendu tous les proches et les connaissances. Pourtant, près de trois semaines après la disparition de Sophie Zizzutto, 39 ans, et de ses enfants - Liam, 3 ans, et de Yumi, 7 ans - les recherches n'ont rien donné. Ce lundi encore, les gendarmes de la brigade de Mâcon poursuivaient leurs investigations pour tenter de retrouver le trio, avec notamment des plongeurs et des sonars dans les différents plans d'eaux des alentours de Saint-Romain-sous-Gourdon.

C'est dans cette commune de Saône-et-Loire que la mère de famille vivait avec ses deux enfants dans un appartement situé au-dessus de la mairie. Avant de disparaître subitement. "Le jeudi 28 janvier, elle est allée chercher les enfants à l'école. Elle a également passé un coup de fil à Pôle emploi pour réactiver ses droits. Puis elle est apparemment repassée chez elle car il y a eu une connexion sur Youtube à 17h30 pour mettre des vidéos pour enfants. Depuis, plus rien", raconte à metronews Vincent Zizzutto, le père des deux enfants, séparé de sa femme depuis l'été 2014 mais qui était encore en "très bons termes" avec elle. "Le mercredi, j'ai déjeuné avec ma mère, Sophie et les enfants, tout allait très bien, en apparence".

72 heures sans rien

Le père de famille en instance de divorce ne s'est aperçu de leur disparition que le dimanche 31 janvier. "Je devais récupérer les petits le samedi mais dès le jeudi soir j'avais tenté de joindre Sophie car mon frère m'avait proposé de dîner chez lui avec les enfants le 29 au soir. Ce jour-là, j'ai essayé de la joindre mais ça n'a rien donné. J'ai été à la sortie de l'école, on m'a dit que les enfants n'étaient pas venus en classe… Je suis alors parti chez Sophie. La porte était fermée, tout était éteint. Je me suis dit qu'elle était peut-être chez une copine. Le samedi, j'ai attendu Liam et Yumi toute la journée, en vain. J'ai commencé à m'inquiéter. Mais je n'ai pas du tout pensé à une disparition. On se dit toujours, une disparition ça n'arrive qu'aux autres " commente-t-il.

Dimanche 31 janvier, plusieurs personnes partent à la recherche de la famille. "Des amis ont été chez elle, la porte n'était pas verrouillée. Ils sont entrés dans l'appartement. Il n'y avait personne et le portable de Sophie était sur le bord de fenêtre de sa chambre, éteint. L'appartement n'était pas en désordre. Je ne sais pas si elle a pris des affaires mais quand je suis venu sur place, j'ai tout de suite regardé si elle avait pris la girafe de Yumi et le tigre blanc de Liam. Ça peut sembler idiot, mais le fait qu'elle ait pris les doudous me rassure."

Plusieurs séjours en psychiatrie

Sophie Zizzutto était vendeuse en parapharmacie. "Elle a arrêté de travailler il y a sept ans à la naissance de Yumi. Depuis, elle s'occupait des enfants. Mais je crois qu'elle s'est retrouvée dans un rôle qui ne lui convenait pas, en tout cas, à plein-temps, raconte Vincent. Après notre séparation, elle a eu des hauts et des bas, pourtant, c'est elle qui l'avait souhaitée. Elle a fait deux séjours de deux mois en établissements psychiatriques pour dépressions, burn-out. Le premier de mi-décembre 2014 à mi-février 2015, le deuxième en septembre-octobre 2015. Elle prenait un traitement, assez lourd je crois. Les médecins ont pris des précautions, même si Sophie n'a jamais fait de tentative de suicide. Nous en avions parlé, elle y a pensé, mais elle m'a toujours dit qu'elle n'aurait jamais le courage de franchir le pas".

Entre Noël et début janvier, Sophie Zizzutto avait eu un compagnon dont elle s'était séparée deux semaines avant de disparaître. "Des voisins ont dit qu'ils l'avaient vu le jeudi après-midi chez elle. Il a été entendu par les enquêteurs et a été mis hors de cause. Mais c'est probablement le dernier à avoir vu mon ex-femme". Trois semaines après la mystérieuse disparition, Vincent Zizzutto, qui a ouvert une page Facebook et placarder la photo de son ex-femme et ses enfants dans toute la région, "supplie" son ex de revenir. "Pour moi, elle est partie avec quelqu'un, peut-être un homme avec de l'argent qui lui a promis monts et merveilles. Elle ne s'est pas servie de sa carte bancaire. Elle n'a pas fait de retrait d'argent important avant son départ. On ne peut pas vivre de rien". Aucune trace également de sa Citroën Saxo grise immatriculée CE-311-VK avec laquelle elle est partie…

Vendredi dernier, le parquet de Chalon-sur-Saône a ouvert une information judiciaire pour disparition inquiétante. "La dernière fois que cette femme a été vue, c'était le jeudi 28 à la sortie de l'école. Sa disparition a été signalée le dimanche. Il y a un blanc de trois jours. En trois jours, il a pu se passer beaucoup de choses, commente le procureur de la République Christophe Rode, contacté par metronews. L'avis de recherche a été diffusé aux frontières. Les fichiers sont européanisés. Nous ne savons pas du tout si elle est en France, ou à l'étranger..."

Toute personne pouvant apporter des informations peut contacter le 17 ou la gendarmerie de Mâcon au 03 85 22 97 10.

A LIRE AUSSI >> Disparition d'un septuagénaire à la sortie de sa synagogue : la Crim' se saisit de l'affaire

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques