"Une situation de guerre" : le patron du Raid raconte l'assaut à Saint-Denis

"Une situation de guerre" : le patron du Raid raconte l'assaut à Saint-Denis

ASSAUT - L'intervention contre un appartement du centre-ville de Saint-Denis, mercredi matin, a été d'une rare violence. Jean-Michel Fauvergue, qui a dirigé l'assaut du Raid, a raconté la scène mercredi.

C'est l'homme qui a dirigé l'assaut contre l'appartement de Saint-Denis, très tôt mercredi matin. Jean-Michel Fauvergue, le directeur du Raid, a raconté à plusieurs médias la façon dont s'est déroulée l'intervention. Une mission qui s'est déroulée quasiment à l'aveugle, puisque les forces de l'ordre ne savaient pratiquement rien des lieux qu'ils devaient investir. "Le Raid ne sait que ce que les enquêteurs lui disent", explique le chef de l'unité d'élite sur le plateau de TF1. Or ces informations sont succinctes : l'adresse, et la présence de trois personnes à l'intérieur. En revanche, rien sur la configuration de l'appartement.

La porte résiste aux explosifs

Pour compliquer encore un peu les choses, la première tentative de pénétrer dans le logement échoue quand les explosifs placés sur la porte d'entrée ne parviennent pas l'éventrer. "On a du mal à rentrer, l'effet de surprise n'existe pas et très rapidement, nos gars sont pris dans des échanges de tirs nourris", résume le patron du Raid dans Le Figaro.

EN SAVOIR + >> EN DIRECT - Suivez avec nous les dernières actualités sur les attentats

Afin de se protéger, les troupes d'élite prennent alors position derrière des boucliers anti-balles. Pendant de longues heures, les deux camps vont échanger de nombreux coups de feu, les policiers tirant à eux seuls quelque 5000 cartouches, selon le procureur de Paris. "Une situation de guerre, avec des armes de guerre", souligne Jean-Michel Fauvergue sur TF1 , ajoutant qu'"à titre personnel, je n'ai jamais rencontré ça". Les tirs font plusieurs blessés chez les policiers, et entraînent la mort de l'un de leurs chiens d'attaque.

"Les fenêtres, côté rue, volent en éclats"

C'est un peu après qu'une femme, présente à l'intérieur de l'appartement, décide de se faire sauter. "Elle envoie une longue rafale de tirs et s'ensuit une grande explosion. Les fenêtres, côté rue, volent en éclats", raconte le directeur de l'unité. Miraculeusement, personne n'est touché. "En revanche, le choc a fait plier des murs porteurs. L'appartement est fragilisé mais il ne s'effondre pas". Il faudra encore plusieurs heures aux hommes du Raid pour sécuriser l'appartement. Un corps "criblé d'impacts" est retrouvé dans les décombres, deux autres hommes, cachés dans les gravats mais en vie, sont également interpellés. Bilan: deux morts, huit gardes à vue et cinq policiers blessés, qui ont tous pu rentrer chez eux dans la soirée.

EN SAVOIR +
>> Les images de l'assaut de Saint-Denis
>> Ce qu'il faut retenir de l'attaque de Saint-Denis

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques